Centrafrique : Une école villageoise catholique proche de Bangui, donne l’exemple en matière de scolarisation des filles

0

BANGUI, 03 janvier 2018 (RJDH)— L’école catholique de Mboko, située à plus de 10 km de Bangui du côté est, est un exemple dans la scolarisation des filles. Plus de filles que de garçons sont inscrites au sein de cet établissement qui n’a pas tout d’une école moderne.

Dans les zones reculées de la RCA, une fille sur cinq est scolarisée. Le taux de scolarisation des garçons, selon les données officielles, est toujours supérieur à celui des filles chez qui la déperdition scolaire avoisine 40% dans certaines régions.

L’école Mboko 2, village situé à plus de 10 km de Bangui fait exception en matière de taux de scolarisation des filles et des garçons. Dans cette école villageoise catholique, presque 80% d’élèves sont des filles, « nous avons plus de filles inscrites ici que de garçons. Sur les 130 inscrits, au moins 80% sont des filles, ce qui signifie que notre établissement est un exemple pour la scolarisation des filles », explique Thiery Gildas, Directeur de l’école villageoise catholique de Mboko.

Ce fort taux de scolarisation dans ce nouvel établissement aux moyens limités, est la résultante des discussions avec les parents, «si nous avons ces résultats, c’est parce que nous avons eu plusieurs séances de discussions avec les parents à qui on a expliqué le bien-fondé de la scolarisation des filles; nous sommes contents d’avoir réussi à les convaincre», précise la même source.

L’école villageoise de Mboko a gagné le pari de la scolarisation des filles mais il reste à relever le défi de la déperdition scolaire dont le taux reste élevé en RCA. L’avantage de ce village est que les parents et les enseignants sont tous conscients de ce défi, « il y a certes beaucoup de filles scolarisées mais, ce n’est pas tout. Il faut que ces filles continuent de fréquenter jusqu’à la fin de l’année. C’est pourquoi, nous continuons d’échanger avec les parents et de suivre les familles », confie un responsable de l’Association des Parents d’Elèves interrogé par le RJDH.

Le Directeur de l’école envisage des rencontres régulières avec les parents d’élèves pour traiter de la question, « nous sommes conscients de ce défi mais notre stratégie, c’est de maintenir les discussions avec les parents pour les pousser à laisser les filles aller à l’école. L’objectif est de minimiser le taux de déperdition scolaire chez les filles », explique Thierry Gildas.

Dieudonné Cardinal Nzapalainga en remettant à la communauté un bâtiment de trois salles de classe construit par l’église catholique à hauteur de 32 millions, a encouragé les parents dans la scolarisation des enfants, « il y a un impératif aujourd’hui. Cet impératif, c’est de laisser les enfants aller à l’école parce qu’ils pourront défendre leur pays demain voire nous aider en tant que parents », a lancé le prélat.

Le système éducatif centrafricain a traversé depuis 2012 diverses situations difficiles. Selon les données de l’Unicef, pendant la crise 38% des 2323 écoles primaires que compte le pays, ont été détruites, attaquées, pillées endommagées ou occupées par des groupes armés.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.