Centrafrique : Une conférence débat sur l’éthique et leadership pour un changement de comportement

0

BANGUI, 16 Mars 2019 (RJDH) — « L’éthique et le leadership, l’Homme en tant un qu’animal éthique, l’Homme comme un être complexe », tel est le thème de cette rencontre ce  jeudi 14 mars, à l’attention des étudiants du département de Philosophie et hommes des médias. Cet échange s’est déroulé au centre Martin Luther King à l’Ambassade des USA à Bangui et animé par Serge Aimé Kazagui, spécialiste en philosophie politique.

L’éthique se définit comme étant le bien, le juste et l’utile, pour un développement socioculturel. Aujourd’hui un cycle de violences se crée dans le pays par manque de la culture de l’éthique et du leadership dans plusieurs secteurs. Le harcèlement sexuel dont les jeunes filles, les femmes dans certains lieux de services, les violences basées sur le genre sont monnaie courante pour un intérêt personnel et égoïste. C’est sous cet angle que cette conférence débat a été organisée à l’Ambassade des USA.

Le spécialiste de philosophie politique, Serge Aimé Kazagui, dans ses explications est revenu sur  le danger qu’apporte le manque de la bonne pratique d’éthique en Centrafrique, « dans les établissements publics et privés, dans les institutions nationales qu’internationales, l’éthique, la vertu sont rejetées par les leaders des services » a-t-il dénoncé.

«Les conséquences impactentsur le développement socioculturel à travers une accentuation de la baisse de niveau des élèves et des étudiants. Les produits agricoles, sont souvent détruits par les bétails, parce que les éleveurs font paître leurs bœufs dans les champs et vice-versa, par manque de vertu », a déploré Serge Aimé Kazagui.

Il a par ailleurs relevé les cas de chômage constaté dans les administrations et le secteur privé pour des raisons de violences basées sur le genre, «le non-respect de l’éthique et le leadership a un impact négatif dans certains services du pays, dont la frustration, le chômage » a dénoncé le spécialiste de philosophie politique avant de suggérer qu’il s’avère important « de sensibiliser toute la couche sociale afin de vulgariser l’importance du respect de l’éthique et le leadership développemental ». Ce manque d’éthique a été constaté à Berberati ce 13 mars, où un adulte de 46 ans aurait abusé d’une fillette d’un an et six mois.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.