Centrafrique : Un élément d’autodéfense du Km5 condamné par la Cour criminelle aux travaux forcés à perpétuité

0

BANGUI, 14 Décembre 2018 (RJDH)— Ahamat Sallé, un des éléments des groupes armés du Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui a écopé d’une peine de travaux forcés à perpétuité. La décision est tombée ce jeudi 13 décembre à Bangui, par la Cour lors de sa session criminelle.

Il est poursuivi pour association de malfaiteurs et pour vol aggravé. Ces crimes ont été commis dans les quartiers de Bazanga, Castors et Pont Bonuca dans le 3ème arrondissement de Bangui. La Cour, lors de son audience de la deuxième session criminelle de l’année en cours, a affligé une peine des travaux forcés à perpétuité, « la Cour après en avoir délibéré, déclare Ahamat Salé à une peine de travaux forcés à perpétuité. Vous allez verser à la partie civile la somme d’un million cent mille francs (1. 100 000 FCFA) de dommages et intérêts. Vous avez le droit de faire appel », a déclaré le président de la Cour, le magistrat Thierry Joachim Pesséré.

Le Ministère Public représenté par la 1er Avocat Général, Ghislain Gresénguet, dans son réquisitoire a demandé la peine des travaux forcés à perpétuité. Car selon lui, « le phénomène de vol à main armée, l’association des malfaiteurs, assassinat sont devenus monnaie courante. La Cour a le devoir de sanctionner d’une manière sévère les auteurs à des peines de travaux forcés à perpétuité, en l’occurrence le cas d’Ahamat Sallé » a requis le parquet général.

Depuis l’ouverture de la 2ème session criminelle le 19 novembre dernier, trois personnes ont écopé de peines des travaux forcés à perpétuité.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.