Centrafrique : Un avant-projet de loi sur la Chefferie traditionnelle transmis au gouvernement

1

BANGUI, 15 Novembre 2018 (RJDH)—La cérémonie de la remise officielle de la proposition de la loi portant statut et fonctionnement de la Chefferie traditionnelle a eu lieu ce mercredi   14 Novembre 2018 au Ministère de l’Administration du Territoire et de l’Administration. Ceci en présence du Ministre dudit département, Henri Wanzet Linguissara, le Représentant de l’UNHCR en poste en Centrafrique, la Cheffe de mission de l’Organisation non gouvernementale l’Afrique Secours et Assistance(ASA) et les experts du ministère.

La proposition de cette loi de Chefferie traditionnelle au gouvernement centrafricain intervient dans le cadre du Projet d’appui à la Réintégration à travers la cohésion sociale, LTP et Abris mené par ASA sur l’appui technique et financier du l’UNHCR.

Il convient de savoir que cet avant-projet de loi sur la Chefferie traditionnelle comporte 16 Articles dont le Chapitre 3 de l’organisation de la Chefferie traditionnelle stipule en son Article 9, la création d’une Chambre Nationale des Chefs traditionnels, regroupant l’ensemble des autorités traditionnelles. Quant à l’Article 13, il traite de la question de la prise en charge financière des Chefs traditionnels et propose aussi la mise en place d’une subvention annuelle inscrite au budget de l’Etat.

Pour le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Henri Wanzet Linguissara, il pense pour sa part que ce projet de la Chefferie traditionnelle va de pair avec la vision politique du Chef de l’Etat « je voyais en ce projet la vision du Chef de l’Etat, certes, ceci va se réaliser donc monsieur le Représentant du HCR tout ce que vous avez fait pour ce pays et même si vous partez ce sont les actes qui comptent. Hier on parlait des réfugiés mais aujourd’hui nous sommes en train de parler de la Chefferie traditionnelle et vous avez énuméré dans ce projet la RCPCA, c’est même la vision du gouvernement ».

Le  Représentant de l’UNHCR, Buti Kalé, pense qu’il faut revaloriser le statut des chefs traditionnels. « Ce qui est plus important, c’est d’arriver à revaloriser le statut des Chefs traditionnels dans le pays, c’est aussi un autre échelon au plus bas de la hiérarchie administrative qui va pouvoir maintenant s’ajouter pour compléter, je dirais les efforts du gouvernement dans le sens de la décentralisation de l’institution étatique. C’est avec le caractère juridique qu’on va octroyer aux  Chefs traditionnels et cela va renforcer d’avantage leur responsabilité, leur fonction et leur autorité », a martelé le Représentant de l’UNHCR.

Les experts du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation comptent organiser un atelier de validation de ce projet avant que le ministre puisse en débattre  au Conseil des ministres et c’est à l’issue de ce Conseil qu’une décision soit prise pour que ce projet soit mis sur la table de l’Assemblée nationale.

Pour conduire ce travail jusqu’à à l’Assemblée nationale, l’ONG Afrique Secours Assistance (ASA) a fait don d’équipements bureautiques aux experts du ministère.

Partage.

L'auteur

Un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.