Centrafrique : Trois sujets chinois assassinés à Sosso-Nakombo

0

BANGUI, 08 Octobre 2018  (RJDH)—Ces trois chinois ont été tués le jeudi 4 octobre à la brigade de la gendarmerie de Sosso-Nakombo par une foule en colère suite à la disparition d’un de leur qui les accompagnait . L’information de leur décès a été  confirmée par l’Ambassade de la Chine à Bangui.

De sources bien introduites, tout est parti de la disparition du président de la jeunesse qui était en compagnie de ces chinois. A en croire ces mêmes sources, ce dernier a disparu suite au chavirement de la pirogue dans laquelle ils se trouvaient. Les sujets chinois ayant survécu au naufrage se sont rendu à la gendarmerie, mais sans déclarer la disparition du président de la jeunesse.

C’est ainsi qu’une partie de la population de cette localité a pris d’assaut la compagnie de la gendarmerie et a fait extraire les 6 chinois. Des six, trois ont été tués et trois autres grièvement blessés.

Une source proche de l’Ambassade de Chine a confirmé la mort des trois chinois, « nous avons reçu l’information. Ils ont été tués le jeudi dernier dans la concession de la gendarmerie. Une enquête est ouverte par les autorités de la localité afin de d’identifier les présumés coupables de ce drame », a indiqué cette source.

D’autres sources ont soutenu que « ces trois personnes travaillaient dans une société chinoise d’exploitation des minerais. La population riveraine de la zone d’exploitation est mécontente du traitement qu’affichent les employeurs auprès  des employés autochtones. Peut-être ce seraient aussi l’une des raisons de la réaction de la population », a déploré la source sous couvert de l’anonymat.

Le président de l’assemblée Nationale, Abdoul Karim Meckassoua en présentant ses condoléances samedi à l’Ambassadeur chinois en Centrafrique Chen Dong, a demandé au gouvernement de tout mettre en œuvre pour rechercher les auteurs de ces crimes odieux et de les traduire en justice.

Les chinois ont été victimes d’agression, il y a quelques mois à Yaloké au centre du pays. Ces tueries interviennent après celles de trois journalistes, ressortissants russes, retrouvés morts le 31 juillet 2018 au centre du pays.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.