Centrafrique : Touadera s’inspire du modèle israélien

0

BANGUI, 11 Mai 2017 (RJDH)–Le Chef de l’Etat centrafricain est en visite d’Etat en Israël pour renforcer la coopération entre Bangui et Tel-Aviv. S’appuyer sur le modèle israélien et ses acquis pour le développement de la RCA est l’objet de la visite de trois jours qu’a effectuée Faustin Archange Touadera et sa suite.

Mercredi, 10 mai c’est au tour du Président israélien Reuven Rivlin qui a reçu à sa résidence son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera.

Le renforcement de la coopération était au centre de l’entretien entre les deux hommes d’Etat. L’israélien a salué les liens entre les deux pays et espère l’ «approfondir dans le domaine humanitaire, économique et culturels au bénéfice des deux Etats », a souhaité Reuven Rivlin. Pour lui, cette visite du président centrafricain Faustin Archange Touadera « est certainement une autre étape dans les relations entre les deux pays ».

Ce vœu est aussi celui du Président centrafricain qui a déclaré qu’Israël est une référence pour la RCA, désireuse de tourner la page de sa longue crise politico-militaire. « Israël est une référence pour nous et nous voulons nous inspirer de votre modèle de réussite», a souligné Touadera.

Que peut-on espérer de cette relation ?

La RCA a expérimenté dans les années 1960 le modèle de développement israélien avant que les relations se refroidissent. L’ancien président François Bozizé voulait relancer en 2009 la coopération avec l’Etat Hébreu par Samuel Sternfeld, homme d’affaire israélien reconverti en marchand d’armes. Mais le voyage des émissaires centrafricains à Tel-Aviv a été annulé car un détachement des FACA à Ndélé était attaqué.

Dans un contexte où le gouvernement table sur les mesures dérogatoires pour réarmer les FACA, Israël est un Etat stratégique sur lequel le régime de Bangui peut compter en vue de faire de avancer le processus de levée totale de l’embargo sur les armes.

Israël semble déterminé à s’imposer sur le marché centrafricain et son Ambassadeur a été reçu le 02 mai par le président Touadera accompagné d’hommes d’affaires Hébreux, notamment Jacques Edery et l’entreprise Nikuv International Projects (NIP) qui veut gagner « un important marché de numérisation et de fabrication de documents administratifs en Centrafrique ». La société NIP est en compétition avec le groupe d’un centrafricain, Mr Dominique Yandocka et l’affaire continue de faire couler encre et salive.

La République Centrafricaine entretien des relations étroites avec l’Israël, matérialisée par la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN). C’est pour la première fois qu’un Président centrafricain visite l’Etat Hébreu reconnu par la RCA le 23 décembre 1988.

Partage.

L'auteur

Commenter