Centrafrique sur le Net : les discussions de l’Union africaine avec les groupes armés sous les caméras de presse en ligne

0

BANGUI, 29 Aout 2018 (RJDH) — En Centrafrique, les pourparlers de paix se multiplient. L’Union Africaine consulte les factions armées et la Russie entame depuis le 28 août une médiation au Soudan. La presse s’y intéresse.

A propos, « Centrafrique : l’Union africaine et la Russie consultent pour la paix », titre rfi.fr.

Le site français rapporte que « les discussions de l’Union africaine avec les groupes armés ont débuté en Centrafrique dans la ville de Bouar. Des discussions qui ont commencé en retard notamment à cause des conditions climatiques. Mais aussi sans doute parce qu’à Khartoum d’autres évènements se jouaient ». Tandis qu’à Khartoum, les belligérants sont en pourparler sous l’initiative russe dont l’objectif est d’obtenir la signature d’un accord – dont les termes sont aujourd’hui encore inconnus – et qui permettrait le retour au calme dans le pays. Une mission dont est officiellement en charge l’Union africaine depuis l’année dernière », indique rfi.fr.

Sur @UN_CAR, le compte Twitter de la Minusca, l’on peut voir les images de la rencontre des groupes armés à Bour.

Et sut l’amnistie réclamée par les groupes armés de la Séléka, dans sur appels sur l’actualité de rfi.fr, nombreux sont les personnes éprises de paix à intervenir pour donner leurs opinions.

Puis, dans sa prochaine livraison de septembre, monde-diplomatique.fr se consacre sur la mission de l’ONU en Centrafrique.

Le journal titre : « Centrafrique, la déroute des Nations unies ». Dans cet article réservé aux abonnés, monde-diplomatique.fr note que « sous-équipée, mal pensée, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique multiplie échecs et scandales ».

Et, le contingent portugais de la Minusca renforce sa posture, rapporte rr.sapo.pt. Le site portugais annonce que « dans les deux prochains mois arriveront plus de véhicules blindés et plus d’une douzaine de militaires dans la capitale du pays ».

En Economie, deux sociétés mises à l’amende pour violation du Code minier par le ministre centrafricain des Mines, Léopold Mboli Fatran.  Une amende de 30 millions de FCFA aux sociétés Trust Aire et Sino Africa, accusées de non enregistrement de leur production. « Une autre mesure porte sur la confiscation de 410.000 FCFA et d’une moto appartenant à un individu de nationalité camerounaise pour séjour irrégulier dans une zone minière ».

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.