Centrafrique sur le net : La tension dans le pays et les actions humanitaires au cœur des débats

0

BANGUI, 19 avril 2018 (RJDH)-Les médias internationaux reviennent sur les questions de sécurité mais aussi de l’action humanitaire dans le pays.

En Sécurité :

Le Cameroun renforce la sécurité à sa frontière avec la République Centrafricaine, a annoncé cameroon-tribune.cm. Les autorités camerounaises ont créé le 16e Bataillon 16e Bataillon d’infanterie motorisée (16e BIM) qui a pris ses quartiers à Garoua-Boulai. Le journal a indique que le commandant du 16e BIM, le Chef de Bataillon Young Ewang Mesape, a pris ses fonctions à la tête de cette nouvelle unité le 10 avril dernier. « Le 16e BIM s’ajoutera aux autres formations militaires déjà présentes dans le secteur, notamment la 11e Brigade d’infanterie motorisée (BIM), le Bataillon d’intervention rapide (BIR), le Groupement polyvalent d’intervention de gendarmerie nationale (GPIC) », lit-on sur le site de www.journaldebrazza.com.

Toujours sur la sécurité, RFI se penche sur le regroupement des troupes du MPC et du FPRC à Kaga-Bandoro, qui sont des mouvements issus de l’ex Séléka. Ce regroupement est à la une des discussions dans la capitale, car «  si officiellement rien n’est annoncé, ces groupes font planer la menace d’une offensive sur Bangui », a commenté le journal français.

Dans ses analyses, RFI indique que « selon des sources internes ou proches du FPRC, les opérations de la semaine dernière au PK5  sont le déclencheur de cette mobilisation à Kaga Bandoro ». Aussi, le quotidien mentionne dans ses lignes que « selon ces sources, des velléités russes d’exploration minière dans les zones contrôlées par ces groupes contribuent aussi à descendre sur Bangui».

Sur ce même sujet, une source anonyme a rapporté à french.china.org.cn que « Ces combattants rebelles qui investissent la ville de Kaga-Bandoro n’ont pas fait preuve d’agressivité vis-à-vis de la population qui, elle, est plongée dans une profonde angoisse ». Sur le site on lit que « des leaders de la formation rebelle de la Séléka étaient présents à Kaga-Bandoro et que les rebelles pourraient tenir une assemblée générale afin de trouver une réponse à l’opération de désarmement qui avait eu lieu la semaine dernière dans la capitale de Bangui ».

Ce regroupement des ex Séléka est largement commenté par les centrafricains sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et les Blogs.

Face à ce regroupement, « S’il s’avérait que ces éléments tenteraient quoi que ce soit, des mesures seraient prises », dixit la Minusca rapporté par Radio Ndeke Luka. Info reprise par www.justiceinfo.net.
Et sur www.dw.com, le journal publie l’interview que lui a accordée Parfait Onanga – Anyanga, le chef de la Minusca. Sur le casque bleu du contingent Gabon appréhendé avec des armes de guerre qu’il s’apprêterait à les vendre aux milices du Km5, pour lui « c’est tout a fait déplorable » avant de qualifier cela d’«indigne » de la part d’un soldat qui a 25 ans de service.

En page Société :

« Aide aux réfugiés centrafricains pour leur permettre de se nourrir en RDC », titre voaafrique.com. Le journal rapporte que « quelque 3.500 familles de réfugiés centrafricains vivant dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo et leurs familles d’accueil ont bénéficié d’aides agricoles et à la pêche pour leur permettre de se nourrir, selon l’ONG catholique Caritas Congo ».

Il s’agit des huit sites du diocèse de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi (nord-ouest).

En Humanitaire :

Pour venir en aide aux 800.000 centrafricain, le Programme Alimentaire Mondial a besoin de 100 millions $ en 2018, a rapporté journaldebrazza.com.  « Cependant, seuls 35 % de cet argent sont mobilisés », a dit M. Dieng, en marge d’une visite à Bangui », a annoncé mardi son directeur régional Afrique de l’Ouest et du centre, Abdou Dieng.

L’actualité en ligne sur la RCA est préparer par Fleury Venance Agou et Vivien Aristide Ngalangou pour la Fréquence RJDH. 100.5 FM

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.