Centrafrique : La société de transport Benafrique augmente son prix sans consentement des autorités

0

BANGUI, 10 Avril 2017(RJDH)—En l’espace de trois mois, le prix de transport à bord des bus  Benafrique est passé de 150 Fcfa à 200 Fcfa. Cette augmentation qui entre en vigueur ce 10 avril 2017, a été décidée selon nos sources par la société sans l’accord du gouvernement.

Benafrique vient d’augmenter de 25% le prix du transport à bord de ses bus. Depuis ce matin c’est à 200 Fcfa que les usagers payent pour avoir accès à ces bus. « Nous ne comprenons pas pourquoi on nous exige depuis ce matin de payer 200F alors qu’on payait 150F auparavant » confie un passager de Benafrique à sa descente du bus au centre-ville.

La société Benafrique, contactée par le RJDH confirme cette augmentation qu’elle justifie par les charges. « Effectivement, nous avons augmenté le prix parce que nous avons des charges notamment les Taxes sur la Valeur Ajoutée (TVA), le personnel et autres. C’est après cent jours d’exploitation que nous avons pris cette décision pour équilibrer les recettes et les charges », a expliqué un responsable de Benafrique.

Selon la société, le gouvernement a été saisi de cette augmentation via le ministère des transports. Allégation non confirmée par le directeur de cabinet du ministère des transports. «Je n’ai jamais reçu de note de la part de Benafrique faisant état d’une certaine augmentation du prix de transport. Je pense que ce n’est pas tolérable », regrette le n°2 du ministère sans annoncer des mesures concrètes.

Le syndicat des taxis et bus projette de réagir par rapport à cette augmentation. Une réunion élargie est prévue dans les prochains jours pour statuer sur la question.

Selon la règlementation officielle en vigueur, le prix de transport urbain est à 160F pour le taxi et 135F pour les bus. Sous les anciens régimes Patassé et Bozizé, les prix des gros bus tenus par des sociétés anonymes sont minorés par rapport au prix officiel. La société Benafrique a été lancée en grande pompe par le chef de l’Etat Faustin Archange Touadera le 30 décembre 2016.

Partage.

L'auteur

Commenter