Centrafrique : la société civile appelle à la vigilance populaire après la prorogation de l’embargo

0

BANGUI, le 01 Février 2017(RJDH)—Des leaders de la société, indignés de la prorogation de l’embargo sur les armes, ont appelé à la vigilance populaire. Ces derniers l’ont fait savoir dans une série d’entretien accordée au RJDH.

Joseph Bindoumi, président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme, regrette cette décision et appelle à la vigilance, « le comité de sanction des Nations Unies a ajouté d’autres conditionnalités pour justifier la prorogation de l’embargo. Nous appelons le peuple centrafricain à être vigilant. Notre crainte, c’est que d’ici janvier 2018, nous allons avoir des morts » a-t-il martelé.

Solange Chantale Touabena, cadre de la société civile se dit déçue. Elle réclame des explications, « des exactions continuent d’être commises dans certaines régions du pays. Alors nous de la société civile, nous demandons des éclaircissements sur la prorogation de l’embargo jusqu’en 2018. C’est au peuple centrafricain de prendre ses responsabilités après cette nouvelle sanction »

Cette prorogation doit être la dernière, souhaite Viviane Gokouzou, présidente de l’organisation des Jeunes et Femmes pour le Développement des Droits de l’Homme, « le pays existe grâce à son armée. Il est important de revoir cette mesure. Nous voulons que ce soit la dernière prolongation puisse que nous ne pouvons pas aller de prorogation en prorogation » fait-elle savoir.

La décision du comité de sanction des Nations Unies sur la RCA intervient dans un contexte sécuritaire préoccupant dans plusieurs villes du centre et du nord.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter