Centrafrique: Situation humanitaire marquée à nouveau par un afflux des déplacés

1

BANGUI, 5 Juillet 2017 (RJDH)—La situation humanitaire ces derniers jours est marquée par l’afflux des déplacés vers les sites et dans la brousse, suite aux violences à Zemio et à Kaga-Bandoro. Selon les humanitaires, ces personnes vivent encore le calvaire.

Le Sud-est et le Centre-Nord de la Centrafrique sont marqués par une résurgence de violences, précisément dans les villes de Kaga-Bandoro et de Zemio. Cette situation a provoqué de nouveaux déplacements de populations et une diminution des activités d’assistance, suite à l’attaque contre les acteurs humanitaires.

Dans la ville de Kaga-Bandoro, 9 000 personnes qui avaient regagné leurs quartiers d’origine à la faveur d’une accalmie sont à nouveau retournées sur le site de déplacés à côté de la base de la Minusca.

Selon UNHCR, le 1er juillet, la ville de Kaga-Bandoro au Nord a été le théâtre des combats entre les casques bleus de MINUSCA et  des éléments armés de l’ex-Séléka.  « Profitant du flou, ces derniers se sont infiltrés dans les locaux du HCR aux environs de 17heures, et ont procédé au pillage porte par porte et ont dépouillé les 4 employés du HCR et 2 Consultants du PNUD de tous leurs biens, y compris des passeports », relève cette agence onusienne.

Quant à Zemio, selon les estimations préliminaires, environ 20 000 personnes se seraient déjà réfugiées dans différents sites de la ville, ainsi qu’en République Démocratique du Congo.

Le Coordonnateur humanitaire en Centrafrique, Najat Rochdi condamne cette résurgence des violences. « Ces nouveaux affrontements armés aggravent encore plus les conditions de vie précaires des civils et ajoutent au drame qu’ils vivent depuis leur déplacement. Ce regain de violence a un impact dramatique sur la protection des civils et entrave l’accès des humanitaires », a-t-elle alerté dans un communiqué de presse.

A Kaga-Bandoro comme à Zemio, les besoins critiques et urgents sont l’accès à l’eau et aux vivres. A Kaga-Bandoro, 15 personnes ont été tué en majorité des rebelles du MPC et une trentaine à Zemio, selon les premières données officielles.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il est Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux depuis avril 2014. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Un commentaire

  1. Hmm it seems like your website ate my first comment
    (it was extremely long) so I guess I’ll just sum it up what I submitted and say, I’m thoroughly
    enjoying your blog. I too am an aspiring blog writer but I’m still new to the
    whole thing. Do you have any tips for beginner blog writers?

    I’d certainly appreciate it.

Commenter