Centrafrique : le CNJCA interpelle la jeunesse centrafricaine à la prise de conscience

0

BANGUI, 21 Avril (RJDH)—Le président du Conseil national de la jeunesse centrafricaine Francis Huguet Mongombet appel les jeunes de Centrafrique  à un changement de mentalité après le retour à l’ordre constitutionnel. Cette position a été prise au cours d’une interview accordée au RJDH le 21 avril dernier.

RJDH : Françis Huguet Mongonbet bonjour.

Vous êtes le président du Conseil National de la Jeunesse Centrafricaine. Après votre élection, quelles sont les activités que le CNJCA a réalisées en faveur de la jeunesse, précisément en matière du sport et de la culture ?

FHM : Quand j’ai  été élus, j’ai toujours dis que ma principale mission consiste à réorganiser la jeunesse autrement, à restructurer les organisations de la jeunesse et après 100 jours d’activités, nous avons eu à faire un très grand pas dans le processus de restructuration de la jeunesse centrafricaine. Après avoir fait des tournées dans tous les arrondissements de Bangui, nous attendons aujourd’hui après le retour à la légalité constitutionnelle, à sillonner toutes les préfectures de la République centrafricaine, dans le processus de constituer un fichier de la jeunesse centrafricaine. Ce fichier sera structuré ainsi qu’il suit : il y’aura des organisations qui œuvrent dans le domaine de la culture, des organisations qui œuvrent dans le domaine du sport, dans le domaine du commerce, de la santé, dans le domaine politique et religieux.

RJDH : La jeunesse centrafricaine est toujours accusée par certains observateurs de la vie sociopolitique, d’avoir joué un rôle négatif dans la crise qui a secoué le pays. Quelle marge de manœuvre le CNJCA peut mettre en place afin de changer la mentalité de la jeunesse centrafricaine ?

FHM De construire un model caduque et vieux. On sait aujourd’hui que la jeunesse pour réussir, il faudrait qu’elle prenne des armes. La jeunesse pour réussir, il faudrait qu’elle intègre le cadre politique, la jeunesse pour réussir, il faudrait qu’elle se fasse manipuler. Je pense que ces gens qui ont critiqué assez négativement le visage de la jeunesse, n’ont pas bien posés cette question. Pourquoi la jeunesse aujourd’hui se trouve dans une telle situation ? Parce qu’effectivement pendant plus de 50 ans, nous avons eu un modèle social vraiment prédateur, une programmation de la jeunesse centrafricaine. Nous savons que le cœur du développement de l’homme, c’est l’éduction.

RJDH : La jeunesse centrafricaine a joué un rôle considérable dans le processus électoral qui est en train de se terminer. Comment le CNJCA apprécie la formation du gouvernement de Sarandji 1 composé de 23 ministres.

FHM : Pour nous aujourd’hui, le gouvernement qui a été mis en place par le Premier ministre Simplice Sanrandji, inspire quelque part confiance. Parce que l’effectif de réduit à 23 ministres, c’est déjà quelques choses. Le Centrafricain veut aujourd’hui le changement

RJDH : Quel appel le CNJCA peut lancer à l’endroit de la jeunesse centrafricaine qui veut seulement se lancer dans des pratiques des destructions des biens publics ?

FHM : Je pense que lorsque la jeunesse centrafricaine m’a fait confiance, la majorité m’a écouté. Tout au long du processus électoral, ils ont pris en compte mes appels. Et aujourd’hui, la jeunesse centrafricaine se comporte bien. Et je veux lancer à nouveau à l’endroit de la jeunesse centrafricaine  l’appel de garder le pas et de garder le rythme. Nous sommes sur le bon chemin. Nous sommes dans  le bon élan. Ne nous laissons plus tromper.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.