Centrafrique : Retour spontané des réfugiés dans les villes de l’ouest du pays

0

BANGUI, 17 février 2018 (RJDH)-Plusieurs familles sont retournées de leur exil dans les villes de l’Ouest de la Centrafrique. L’UNHCR a constaté le retour de plus de 50 ménages depuis le début du mois de février vers Bouar et les communes environnantes.

L’accalmie constatée dans plusieurs villes de l’Ouest incite les réfugiés à retourner au bercail. Ce retour est constaté alors que les acteurs humanitaires viennent de lancer le Plan de Réponse Humanitaire qui inclut les réfugiés et les retournés, dont le coût  en faveur des réfugiés s’élève à plus de  15,6 millions de dollars américains.

Selon l’UNHCR, dans la Commune de Besson, près de Bouar, 55 ménages de rapatriés spontanés, soit 275 individus, ont été enregistrés. «Originaires de Baboua, Niem et Besson même, ces ménages ont été essentiellement hébergés dans des familles d’accueil, tandis que le maire leur a également attribué un site sur lequel des abris ont été construits», confie-t-il dans un bulletin hebdomadaire d’information.

Le Plan de Réponse Humanitaire 2018 relève que «concernant les rapatriés, ceux d’entre eux qui reviennent en RCA par le biais de mouvements de retour facilités, continueront à percevoir un viatique au départ de leur pays d’asile, tout comme les rapatriés spontanés pourront recevoir à leur retour en RCA une assistance sous forme d’articles domestiques».

Ce Plan souligne aussi que «Si certains, en matière de besoin, pourront bénéficier des programmes d’assistance au recouvrement de leurs terres, biens et autres propriétés, tous, en plus des populations hôtes, seront intégrés comme bénéficiaires, dans les plans de redressement tendant à améliorer l’accès aux services sociaux de base»

Même si le retour volontaire des réfugiés est enregistré dans plusieurs villes, la Centrafrique compte encore environ 538.432 réfugiés dans six pays et plus de 601.642 déplacés dont 31% vivent dans les sites et le reste dans des familles d’accueil.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.