Centrafrique : « Les relations de plus en plus tendues entre Touadera et Méckassoua », selon Didacien Kossimatchi

1

BANGUI,  13 Juillet 2017(RJDH) —Didacien Kossimatchi, un des proches de Faustin Archange Touadera a accusé le président de l’Assemblée nationale Abdou Karim Méckassoua « de conspiration de coup d’Etat » lors d’une rencontre  avec la presse ce 13 Juillet à Bangui.

Cette accusation portée par Didacien Kossimatchi intervient dans un contexte de décrispation entre les deux institutions à savoir l’Exécutif et le législatif. Elle est la conséquence logique d’une série d’arrestation des personnes soupçonnées proches de Méckassoua par la police politique, la Section de Recherche et d’Investigation (SRI).

Selon Didacien Kossimatchi, le président de l’Assemblée nationale n’est pas compatible à la politique de rupture de Faustin Archange Touadera. « Méckassoua est un poison pour la République Centrafricaine », a-t-il laissé entendre, avant de dire qu’une conférence de presse sera tenue pour dénoncer les manœuvres de l’ombre.

Il a en outre précisé que des infiltrations tout azimute ont été constatées ces derniers temps dans la ville de Bangui et ses environs. « Des mercenaires tchadiens ougandais et congolais de la RDC et ses environs ont infiltré le pays  et sont logés dans des résidences de certains hommes politiques bien identifiés. Une dizaine de mercenaires étrangers appréhendés ont confirmé qu’ils sont à la solde du Président de l’Assemblée Nationale Abdou Karim Méckassoua et de beaucoup de gens pour une mission précise » a-t-il conclu.

Joint par le RJDH, un proche de Méckassoua a qualifié de ragot les accusations de Didacien Kossimatchi « il a quel mandat pour parler au nom et en lieu du gouvernement ? Hier c’était les anciens premiers ministres Anicet Georges Dologuélé, Me Nicolas Tiangaye, les personnalités politiques telles que Me Crépin Mboligoumba et Ferdinand Alexandre Nguendet, aujourd’hui, c’est Méckassoua, alors n’ont-ils pas porté plainte ? C’est du ragot auquel personne ne peut accorder de crédit », a indiqué ce proche sous couvert de l’anonymat.

Cette accusation intervient après la démission d’une proche de Touadera nommée à la direction générale de la télévision nationale qui dit ne pas supporter les relations difficiles entre les deux personnalités.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Un commentaire

Commenter