Centrafrique : Rapprochement entre deux groupes armés à Bangui, le MLCJ et l’aile Séléka d’Achafi

0

BANGUI, 18 Octobre 2017(RJDH) — Achafi Daoud Assabour ancien élément de la garde présidentiel engagé dans la Séléka, fait allégeance avec le Mouvement les Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ). Il l’a fait savoir dans une note rendue publique ce 15 octobre à Bangui.

Le rapprochement entre les hommes leaders du MLCJ et Achafi Daoud Assabour n’est pas anodin. D’abord, le MLCJ siège au comité consultatif et de suivi du DDRR, dont le leader vient d’être nommé par Faustin Archange Touadera à la présidence dans sa dynamique d’ouverture avec les groupes armés. Autre fait majeur, c’est le rapprochement des groupes armés au centre du pays sur initiative d’Abdoulaye Issène dans un contexte où l’Union Africaine se propose d’ouvrir un dialogue avec ces groupes dans le cadre de sa feuille de route adoptée en juin dernier à Libreville.

Gradé Général de Brigade pendant la règne de Séléka, Achafi Daoud Assabour, décrit son parcours et son engagement aux côtés du MLCJ comme un gage de succès pour le DDRR qu’il souhaite réussi pour la pacification du pays « j’étais d’abord dans le mouvement UPC avant de démissionner, convaincu de 8 échecs du DDRR, je me suis dit qu’il faut se rallier avec les autres pour faciliter le processus. C’est pourquoi je me suis engagé avec tous mes éléments au côté du MLCJ que je trouve sérieux et exemplaire », a-t-il expliqué.

Un engagement qui selon lui ne doit pas étouffé la machine judiciaire, il se montre disponible de coopérer avec la justice « dans les 14 groupes armés, je me suis dirigé vers le MLCJ  parce qu’il prône la justice pour tous les centrafricains. Si aujourd’hui la justice de mon pays m’appelle, je serai prêt à me rendre devant elle », a-t-il lâché.

Le vice-président du MLCJ et coordonnateur des groupes armés adhérés au processus DDRR Nordine Mahalba salue l’engagement de leur allié Achafi, « nous savons tous que l’heure est actuellement à la paix et la réconciliation. Cet acte est à louer car désormais ses éléments éparpillés à Bangui, Kaga-Bandoro, Bria seront contrôlés et feront partie du processus DDRR, car c’est un cadre remarquable et influent au sein de l’ex coalition Séléka », se réjouit-t-il.

Ce ralliement intervient deux mois après le lancement de la phase pilote du processus DDRR déjà opérationnelle à Bangui et dans certaines villes de l’intérieur dont une partie des combattants sont déjà immatriculés et faisant partie intégrante de la grande muette centrafricaine.

Partage.

L'auteur

Commenter