Centrafrique : Que représentent les femmes dans la vie active en RCA?

0

BANGUI, 8 mars 2018 (RJDH) –Les femmes restent moins actives à la participation de l’activité économique du pays. Selon les dernières enquêtes de 2005 sur les Perspectives et Prospectives démographiques, réalisées par l’Institut Centrafricain des statistiques et des études économiques et sociales ICASSES, moins d’un million des femmes sont actives.

La situation des femmes dans la vie active, notamment celles occupées, celles en position de chômage et les emplois à créer en leur faveur de 2018 à 2028 n’est pas catastrophique comme relèvent les enquêtes sur les Perspectives et Prospectives démographiques mais reste un défi à relever dans un contexte où les femmes sont aujourd’hui invitées à travailler pour le relèvement de la Centrafrique.

Cette enquête relève qu’en 2018, la population totale de la République Centrafricaine est estimée à 5.256.590 personnes soit 2.580.260 représentant les hommes et 2.676.330 représentant les femmes. Les projections montrent que d’ici 2028 cette population totale passera à 6.329.480 dont 3.103.540 hommes et  3.225.940 femmes.

Dans la population générale, les femmes actives représentent en 2018,  847. 844 contre 1.171.879 des hommes, alors qu’en 2018, la projection indique que les femmes actives seront  1.070.780 contre 1.464.161 pour les hommes.

La Population totale occupée place les hommes à 975.622 contre 760.051 des Femmes en 2018 et une projection à 2028 donnera 1.174.514 pour les hommes et 921.399  pour les femmes. Par ailleurs, la population en chômage en 2018 donne 87.793 des femmes et 196.257 des hommes. Moins des femmes sont en chômage. Une projection en 2028 donne 102.604 femmes en situation de chômages et 229.342 pour les Hommes.

L’enquête indique qu’il fallait créer de l’emploi en 2018 pour 24.477 hommes et 19.302 femmes. Une projection à 2028 permettra de créer de l’emploi pour 25.425 hommes et 20.961 Femmes.

Le relèvement économique par les femmes et qui passe par la vie active et la création de l’emploi de celles-ci, restent un défi au moment où l’Etat Centrafricain, premier employeur peine à intégrer dans la fonction publique les diplômés sans emplois.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.