Centrafrique : La présence renforcée des hommes armés au centre du pays inquiète la Coordination Humanitaire

0

Bangui, le 26 Janvier 2016(RJDH)—Le Coordonnateur humanitaire par intérim Michel Yao a exprimé son inquiétude suite à la présence de plus en plus renforcée des hommes armés dans la ouaka. Cette présence constitue selon la même source, une menace réelle pour la protection des civils.

L’inquiétude de la coordination humanitaire fait suite à la présence massive des hommes armés dans la Ouaka. De sources autorisées, plusieurs hommes armés relevant de différentes tendances ex-séléka sont arrivés dans la ville. Certains seraient positionnés dans les environs de Bambari.

Cette présence inquiète Michel Yao Coordonnateur humanitaire par intérim qui parle  d’une possible explosion de violence entre groupes armés rivaux à Bambari. Ce dernier dit craindre les conséquences d’un nouvel affrontement, « avec une population de 42000 habitants  et abritant  plus de 26 000 déplacés, un conflit ouvert à Bambari serait dévastateur pour la population  civile » explique t-il.

Michel Yao appelle les groupes armées et tous les acteurs non-étatiques à capitaliser les efforts consentis ces dernières années en faveur de la stabilité, « j’exhorte les groupes armées et tous les acteurs non-étatiques à ne pas hypothéquer les acquis  des deux dernières années, en terme  de réconciliation et de cohésion sociale mais aussi ceux enregistrés dans l’amélioration de la situation humanitaire » lance le coordonateur humanitaire par intérim qui plaide aussi pour l’accès humanitaires « j’appelle toutes les parties au conflit à assurer aux acteurs humanitaires un accès sans entrave aux groupes vulnérables et vice versa ».

Les menaces d’affrontements entre différentes tendances rivales de l’ex-Séléka, sont de plus en plus réelles à Bambari, une ville au centre du pays. Le conflit opposant UPC et la coalition FPRC-MPC, toutes trois tendances de l’ex-Séléka quête cette ville depuis que des combats sont signalés à Bakala, une localité située à une soixantaine de kilomètres de Bambari.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.