Centrafrique : Le Premier Ministre et son gouvernement devant l’Assemblée Nationale

0

BANGUI, 24 mai 2017 (RJDH)—Le Premier Ministre Mathieu Simplice Sarandji et certains de ses ministres ont répondu, cet après midi aux questions orales de l’Assemblée Nationale. Les questions sécuritaires ont été au premier plan de cet exercice démocratique.

Le regain de violences dans plusieurs villes de l’arrière-pays a été le principal point abordé par les députés qui sont intervenus lors des questions orales au gouvernement.

Serge Zinga, député de Bangassou qualifiant « d’horreur », les violences dans sa circonscription, a demandé la relève du contingent marocain basé à  Bangassou. Pour ce député, ces casques bleus n’ont pas pu faire ce qu’il faut pour sécuriser les populations civiles lors de la montée en puissance de la violence dans la région.

Le député Anicet  Georges Dologuelé s’est interrogé sur la capacité du gouvernement à ramener la paix et la sécurité en République Centrafricaine. Pour le président de l’URCA, la situation est inquiétante vu que les groupes armés ont repris du terrain ces derniers jours dans plusieurs préfectures du pays. Anicet Georges Dologuelé invite le gouvernement, « à se concentrer sur l’essentiel qui est la sécurité ».

Thierry Vackat, député de Mogoumba et président de la commission défense, s’étonne de l’inaction du gouvernement face à la montée en puissance de l’insécurité, « comment aujourd’hui vous comptez protéger les Centrafricains ? Les gens ont été tués à Bangassou, Alindao et ailleurs mais quelles dispositions avez-vous prises pour prévenir cette situation ? », s’est-il adressé au Premier Ministre.

Mathieu Simplice Sarandji s’est dit conscient du regain de violence. Pour lui, « le gouvernement a une stratégie réelle pour freiner les violences qui sont des actes des ennemis de la paix. Nous allons déployer des Faca pour que nos frontières soient protégées, c’est ce que le président entend par armée de projection », a promis le Premier Ministre.

Lors de ces questions orales, les députés ont aussi abordé des questions liées aux difficultés relatives au décaissement des fonds en faveur de l’Assemblée Nationale, des accusations contre certains leaders des partis politiques suite aux violences de ces derniers jours et à la situation des jeunes envoyés en formation en Israël, jeune considérés comme des parents du chef de l’Etat.

Le passage du Premier Ministre à l’Assemblée Nationale était sollicité depuis plusieurs semaines par les députés. La dernière interpellation du Premier Ministre Mathieu Simplice Sarandji à l’Assemblée Nationale remonte au mois de juin 2016.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.