Centrafrique : Polémiques sur la finalisation des travaux de réhabilitation du terrain de 92 Logements

1

BANGUI, le31 janvier 2017 (RJDH)—La réhabilitation du terrain des jeunes du 6ème arrondissement de Bangui, est bloquée faute d’entente entre la jeunesse et l’entreprise Maboko na Maboko qui exécute les travaux.

Les travaux financés par l’ambassade de France, sont bloqués depuis six mois selon les jeunes qui ont organisé une manifestation, la semaine dernière pour réclamer la reprise des travaux. Les jeunes du 6ème arrondissement souhaitent avoir des éclaircissements sur les travaux « c’est depuis une année que ce terrain est en chantier. Les travaux ont été brusquement bloqués alors que l’ambassade de France avait déjà donné le financement. Nous voulons tout savoir », a expliqué un de ces jeunes.

Freddy Ngbonga, un autre jeune du 6èmearrondissement appelle l’ambassade à faire pression pour que les travaux soient finalisés car pour lui, les jeunes du secteur sont bloqués « nous demandons à ce que l’ambassade France puisse faire pression sur l’entreprise afin que les travaux soient bouclés. Nous sommes aujourd’hui coincés. Les activités sportives sont au ralenti à cause de cette situation », fait-il savoir.

Martial Nganabo, superviseur de l’entreprise Maboko na Maboko, justifie l’arrêt des travaux par l’insuffisance du financement « au début, l’entreprise devait réhabiliter une superficie de 15m sur 25 mais les jeunes ont voulu que la totalité du terrain soit refaite. Mais le financement reçu ne couvre pas la totalité du terrain. C’est la raison qui justifie cet arrêt », confie t-il au RJDH. Pour lui, c’est l’opposition des jeunes qui oblige l’entreprise à suspendre les travaux.

Francette Makake, présidente de la délégation spéciale du 6-me arrondissement trouve légitime la revendication des jeunes. Elle promet de faire des plaidoyers afin que les travaux soient finalisés.

Les travaux de la réhabilitation du terrain de 92 logements ont été lancés depuis le 15 janvier 2016. Ils sont soutenus par l’ambassade de France à Bangui à hauteur de 19 millions de francs CFA.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Un commentaire

  1. Je ne comprends rien moi…
    Monsieur Martial Nganabo, qui est selon l’article le superviseur de l’entreprise Maboko na Maboko, justifie l’arrêt des travaux de l’air de jeux du 92 logements par l’insuffisance du financement, car la somme reçue ne couvre pas la réhabilitation totale du terrain.
    Ce même Martial Nganabo précise encore que c’est l’opposition des jeunes qui oblige l’entreprise à suspendre les travaux.
    QUELLE EST FINALEMENT LA VRAIE VERSION DES CHOSES CHERS JOURNALISTES DU RJDH ?

Commenter