Centrafrique : Des poissons blessés découverts dans neuf préfectures du pays

0

BANGUI, 10 janvier 2017 (RJDH)—Des poissons portant des blessures ont été découverts dans neuf préfectures de la République Centrafricaine. Des recherches sur les causes de ces infections sont en cours, selon des sources proches de la FAO qui ont confirmé cette information.

Les préfectures de l’Ombella Mpoko, Mambéré Kadei, Sangha Mbaéré, Ouaka, Lobaye, Basse Kotto, Kémo, Mbomou et Haut Mbomou sont touchées par ce phénomène de poissons blessés. Ces découvertes ont été confirmées par des sources à la FAO.

Selon Jean-Archange Gondabatty, chef de projet des investigations et riposte sur le syndrome ulcératif des poissons en Centrafrique, les poissons écaillés sont plus résistant à cette infection. Les poissons blessés, d’après le projet des investigations et riposte constituent un danger sanitaire pour les consommateurs, « nous interpellons les pêcheurs de prendre toutes les mesures nécessaires. Il faut incinérer les poissons qui portent des plaies. Les consommateurs doivent cuire à un degré supérieur tout poisson suspect », précise t-il.

Un projet de recherche sur les causes de ces infections est en cours. Les 99.000 dollars américains  consacrés à ce projet vont permettre de préparer la riposte à ces infections. Les premières analyses faites sur les échantillons de ces poissons, sont bouclées sauf que les résultats ne sont pas encore rendus publics par le ministère de la santé publique.

La découverte des poissons blessés est récurrente dans certaines régions de la RCA. Le dernier cas remonte à  janvier 2016 dans le Mbomou alors que deux avant, des poissons portant des blessures ont été recueillis dans la Sangha Mbaéré et Mambéré Kadei.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter