Centrafrique : Plusieurs filles s’engagent contre la déperdition scolaire et les VBG

0

BANGUI, 10 Avril 2017(RJDH) —Plusieurs filles de Bangui se sont engagées à combattre la déperdition scolaire et les violences basées sur le genre (VBG). Engagement décidé lors de la conférence débat sur les violences basées sur le genre organisé ce 8 avril à l’Ambassade des USA à Bangui.

Il ressort de cette conférence débat que les violences basées sur le genre sont répondues dans le pays et freinent le développement socioéconomique des jeunes filles et mères dans leurs activités professionnelles. Selon l’association Ensemble pour le Changement à l’initiative de cette conférence débat les filles doivent elles-mêmes s’élever contre les violences basées sur le genre tant à Bangui qu’à l’intérieur du pays.

Marlise, étudiante en 3è année de droits privés à l’Université de Bangui, se dit consciente de ces pratiques faites à l’égard des filles. « À l’ère où nous sommes, les filles les jeunes mères doivent prendre leur destin en main, de s’adonner afin de lutter contre ces pratiques »,  a-t-elle lancé.

La déperdition scolaire, les grosses non désirées, le manque de volonté sont autant de maux qui constituent le frein à l’émancipation des filles dans le pays, selon Adolph Jocelyn Dambafa, Vice-président de l’association « Together for change » qui milite pour l’émancipation et l’entreprenariat des jeunes filles centrafricaines.

Il a en outre précisé que les filles ont droit à une communication sur les vertus des droits humains. « Chaque élève et étudiante à des potentialités pour sa communauté. Il est nécessaire de passer des séances de communications sur leurs droits et leur rôle dans une société. Donc, avec tous ces outils nous pensons que les filles doivent commencer à préparer leur avenir pour le relèvement du pays » a souhaité Adolphe Jocelyn Dambafa.

Cette conférence débat ouvre la voie à une  série de campagne de proximité sur les VBG à travers le pays.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter