Centrafrique : Plusieurs dégâts à Batangafo suite à l’attaque des groupes armés sur les sites

0

BANGUI, 3 novembre 2018 (RJDH)—Une structure humanitaire pillée, trois camps des déplacés incendiés, le marché et l’espace temporaire d’apprentissage et de protection de l’enfant, partis en fumée, laissant environ 27.000 personnes dans la nature, c’est le bilan provisoire des attaques du 31 octobre au 1er novembre dans la ville de Batangafo.

Des violents affrontements entre groupes armés ont entraîné plusieurs dégâts dans la ville de Batangafo au nord du pays. Des informations RJDH indiquent que trois personnes, présentées comme des voleurs des bœufs ont été tuées par des éleveurs, entrainant des représailles sur un peulh. A l’annonce de sa mort, son camp a lancé un assaut sur la population civile tuant et blessant plusieurs personnes avec des dégâts collatéraux.

« Nous ne connaissons pas la vraie mission des soldats de l’ONU ici. Les hommes armés sont venus incendier tous les sites des déplacés devant eux, d’autres sont allés prendre des renforts et munitions à Kabo pour revenir achever leur plan le lancement, c’est-à-dire le 1er novembre. Là, les ONG ont suspendu leurs activités parce que leur personnel est en danger et la population est laissée pour son compte », a témoigné un leader religieux dans la région.

Selon les informations RJDH, l’église catholique a été aussi pillée par des hommes armés.

Plus de 10.000 personnes se sont réfugiées dans les enceintes de l’hôpital soutenu par MSF, tandis que plusieurs centaines d’autres ont pris la fuite vers la brousse.

« MSF a pu prendre en charge vingt blessés, dont dix nécessitant une opération chirurgicale d’urgence. Parmi ces victimes, on déplore 2 décès à l’hôpital de Batangafo des suites de brûlures », indique un communiqué de presse des MSF au 2 novembre 2018.

La situation sécuritaire à Batangafo se détériore et des habitants souhaitent la présence des forces nationales.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.