Centrafrique : Ouverture d’une enquête après le décès d’un nourrisson à la clinique Emergency

0

BANGUI, le 17 Octobre 2016(RJDH) —- Depuis le décès d’un nourrisson, les activités de la Clinique Emergency sont paralysées. Les parents des malades admis dans cet hospice accusent le personnel soignant de trafic d’organes, une mise en cause rejetée par le chirurgien de la clinique et le Procureur de la République, Ghislain Grézenguet a annoncé l’ouverture d’une enquête.

Le personnel soignant de la clinique Emergency a été pris à partie par les parents des malades hospitalisés dans cette clinique dans la soirée du 16 octobre après le décès d’un nourrisson dont le corps se trouve à la morgue de l’hôpital communautaire.

Pour faire la lumière sur cette affaire qui perturbe la bonne marche de la clinique, le Directeur Général de l’Hôpital Communautaire, le Dr Joachim Tembeti a souhaité l’arbitrage de la justice. « Nous gérons le dépôt et dans le cas d’espèce, il faut une réquisition du procureur pour faire l’expertise du corps afin de confirmer ou infirmer s’il y a prélèvement d’organe ou pas et le processus est en cours », a indiqué au RJDH, le Dr Joachim Tembeti.

Concernant la saisine de la justice, le Procureur de la République, Ghislain Grézenguet a confirmé au RJDH l’ouverture d’une enquête. «  La brigade criminelle que j’ai instruit est sur le point de délivrer la réquisition aux trois (3) médecins légistes qui feront l’autopsie du corps de l’enfant. Nous voudrons vérifier si l’acte posé est conforme au principe de la science médicale », a précisé le Procureur de la République.

Sur cette accusation, les responsables de la clinique Emergency ne sont pas prononcés, car ils sont encore sous le choc et refusent de se prononcer, a constaté le RJDH. Ils ont seulement annoncé la fermeture de la formation sanitaire sans donner plus de détails sur la date de reprise de leurs activités.

La clinique Emergency est opérationnelle en République Centrafricaine depuis 2009 et dispose de deux centres : un à la direction générale et un au complexe pédiatrique de Bangui.

Partage.

L'auteur

Commenter