Centrafrique : « Les organisations impliquées dans le projet Partenariat Stratégique ont obtenu de très bons résultats », affirme Koen Faber de Cordaid

0

BANGUI, 25 septembre 2017 (RJDH)–Les organisations de la société civile centrafricaine impliquées dans la mise en œuvre du projet « Partenariat Stratégique », sont réunies depuis le 19 septembre pour faire le bilan des activités réalisées et projeter l’avenir. Dans une interview, l’expert à Cordaid, s’est dit satisfait du travail abattu jusque-là, un travail qui mérite toutefois d’être approfondi.

Monsieur Koen Faber bonjour

KF : bonjour !

Vous êtes Expert en suivi évolution dans le cadre du projet « Partenariat Stratégique », financé par Cordaid. Quelle appréciation faite vous de ce projet ?

KF : C’est un projet très important parce que c’est un programme mis en œuvre dans six pays, projet qui est axé sur l’accès à la justice, le genre. Nous faisons, dans cadre de ce projet, des plaidoyers pour améliorer les conditions de vie des groupes cibles et des victimes de conflits en Centrafrique. Nous utilisons des méthodes pour être très flexibles et faire réajuster les planifications de travail de chaque année.

Alors, quels sont les thèmes qui sont débattus lors de cette formation ?

KF : Nous travaillons sur les  Violences Basées sur le Genre et les droits des victimes des conflits et leur accès à la justice. Nous réfléchissons sur les stratégies de plaidoyer, comment les organisations locales peuvent faire des plaidoyers à leur manière. Ces discussions sont très importantes  pour faire la planification de 2018.

Est-ce qu’il y’aura d’autres organisations de la société civile qui pourront intégrer le projet du partenariat stratégique ?

KF : Une question très difficile pour moi parce que je suis expert sur le suivi-évaluation mais pas sur le contexte en Centrafrique. Mais je suis très content d’avoir travaillé avec les différentes organisations partenaires qui sont déjà dans le projet. Les organisations impliquées dans le projet Partenariat Stratégique ont obtenu de très bons résultats et capitalisé une forte expérience. Je crois que nous allons améliorer encore plus.

Comment appréciez-vous le niveau de collaboration avec les organisations de mise en œuvre ?

KF : Ce sont des organisations locales mais nous partageons les résultats des travaux avec elles depuis le Pays Bas surtout en ce qui concerne la participation des femmes mais le très important c’est le travail avec les victimes de VBG et de conflits parce qu’elles peuvent faire de bons plaidoyers.

Quelle est la suite à donner à ce projet. Est-ce que d’autres projets viendront compléter celui qui est en cours ?

KF : je ne sais pas encore mais nous avons plus de trois années pour continuer le travail. Je ne pense pas que nous avons la possibilité de continuer le même programme après 2020. Mais je suis sûr que d’autres possibilités se présenteront car il s’agit d’un projet de plaidoyer.

Monsieur Koen Faber, merci

KF : je vous remercie

Propos recueillis par Noura Oualot

Partage.

L'auteur

Commenter