Centrafrique : Des ONG de l’environnement et droits de l’Homme préoccupées par la protection des forêts

0

 

BANGUI, 02 Septembre 2017(RJDH)—Documenter les cas de violation des droits humains et renforcer les capacités sur l’utilisation de guide d’observation des ressources forestières, c’est l’objectif d’une mission effectuée dans le sud-ouest du pays sur initiative de l’ONG Maison de l’Enfant et de la femme pygmée dans le cadre du projet « Verdir ».

 

Promouvoir le droit des peuples autochtones est un objectif auquel s’est assigné l’ONG Maison de l’Enfant et de la Femme pygmée. C’est dans ce contexte que la mission de ladite ONG a sillonné la partie sud-ouest du pays. Jean Bruno Ngougnogbia, chef du projet à MEFP justifie l’action par le souci de renforcement de capacité des peuples autochtones à défendre leur droit et à veiller sur la gestion rationnelle de la forêt à travers le guide d’observation. Cette mission intervient alors que plusieurs cas de violation et le non-respect des droits fondamentaux des peuples autochtones sont enregistrés. 

 

La mission a un objectif précis, celui de combler le vide constaté dans le combat de la défense des droits humains et de l’environnement. « Nous avons constaté qu’il y a des graves violations perpétrées à l’encontre des peuples autochtones dans la sud-ouest du pays et des défenseurs de l’environnement. Et ces cas restent parfois inaperçus faute de documentation. C’est ainsi que nous avons effectué une mission d’observation de collecte de données et de distribuer des guides simplifiés à l’usage de ces communautés et des ONG de Droits de l’Homme et de l’environnement de mieux s’engager à fond à la protection de l’environnement », a indiqué Jean Bruno Ngougnogbia chef de projet « Verdir ».

 

Selon Didier Gbabezolo, Activiste de Droits de l’Homme à Berberati à l’ouest du pays, la question des Droits humains dans la localité reste encore un défi majeur à relever, « il est indispensable et impérieux aujourd’hui de renforcer les capacités des défenseurs de droits de l’Homme et de l’environnement en moyen technique et financier pour accomplir ses tâches, sans quoi nos actions seront vaines. Et nous remercions la mission de MEFP qui vient à point nommé  » a-t-il dit.

Le projet « Verdir » est exécuté dans le bassin du Congo et a pour crédo le respect des droits de l’Homme dans la sous-région. En Centrafrique, deux préfectures forestières à savoir la Sangha Mbaéré et la Mambéré Kadéi sont identifiées. Le bois représente une part importante dans le PIB de ces pays concernés par le projet.

 

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter