Centrafrique : Nécessité d’aller vers la fédération des victimes des crises

0

BANGUI, 19 aout 2017 (RJDH)–Les multiples crises que la République Centrafricaine a connues ont laissé des nombreuses victimes  à travers le pays. Au moment où la Cour Pénale Spéciale se met en place, il est donc devenu important d’aller une fédération des associations des victimes des crises en Centrafrique.

Des milliers de victimes ont été recensées à travers le pays par les associations des victimes et des organisations nationales, internationales œuvrant dans le domaine de Droits de l’Homme en République Centrafricaine. Cependant, dans la plupart des villes de provinces, les victimes des crises et évènements du pays ne sont pas encore organisées à afin de faire attendre leurs voix.

Dans la ville de Bangui, il n’y’a que des associations des victimes qui se sont organisées à travers le projet partenariat stratégique les « Victimes d’abord ». Ces associations sont circonscrites dans l’espace et dans le temps et ne disposent pas encore des moyens suffisantes pour couvrir l’ensemble du pays afin de travailler auprès des victimes pour leurs attentes à la Cour Pénale Spéciale.

Les associations des victimes se sont organisées soit par quartier, soit par arrondissement. Ces associations pionnières des victimes devraient étendre leurs antennes dans les provinces et se constituer à une Fédération pour mieux impacter.

L’importance de cette extension est de permettre à toutes les victimes de se reconnaitre dans les actions dont elles sont bénéficiaires. Aussi pousser vers un fédéralisme afin que la voix de ceux qui n’ont que la justice et réparation comme rempart de sortie de sortie de crise, puisse être écoutée et aussi de faciliter la communication avec les acteurs clés qui s’intéressent à ce dossier.

L’objectif de ces associations est de faire connaitre leurs voix, de réclamer justice et réparation. Cependant, la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation tarde encore à venir.

Dans son discours à la nation à l’occasion de 57e anniversaire de l’indépendance de la RCA, le président Centrafricain a annoncé la mise en place de cette commission. « Bientôt, la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation sera mise en place pour apporter des réponses aux préoccupations des Compatriotes », a déclaré le Président Faustin Archange Touadera.

La mise en place de cette commission pourra impulser l’organisation des victimes à travers le pays et faire avancer les dossiers de celles-ci.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il est Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux depuis avril 2014. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter