Centrafrique : La municipalité de Kabo, au nord du pays, redoute une crise alimentaire

0

BANGUI, 04 Octobre 2017(RJDH)—La situation alimentaire est très critique à Kabo selon la municipalité de cette ville. Un rapport y relatif a été publié le 09 septembre dernier.

Plusieurs centaines de familles seraient menacées par la crise alimentaire selon le président de la délégation spéciale de la ville de Kabo, Robert Sanzema joint au téléphone par le RJDH. L’insécurité alimentaire à Kabo est favorisée d’après la même source par la crise sécuritaire successive et la destruction de plusieurs hectares de champs par les éleveurs dans cette partie nord de la République Centrafrique.

Le président de la délégation spéciale craint une crise alimentaire, « la situation qui prévaut à Kabo est difficile. J’imagine que d’ici peu, il y’aura une crise alimentaire dans la ville. Les événements depuis 2013 ont fait que plus de mille hectares de champs ont été détruits par des éleveurs peulhs à la recherche de pâturage », confie-t-il.

Robert Sanzema souhaite une intervention humanitaire d’urgence pour éviter cette situation, « nous avons documenté 726 familles affectées par la situation d’urgence soit 6.053 personnes parmi lesquelles, des enfants, hommes et femmes. A cela s’ajoute les dégâts matériels suite aux pluies torrentielles de ces derniers jours, pluies qui ont causé la destruction de 700 maisons. La population de Kabo est dans l’attente d’une aide rapide afin de sauver les familles qui sont dans une situation humanitaire d’urgence », a-t-il lancé.

La sous-préfecture de Kabo dans l’Ouham est la ville qui partage la frontière avec le Tchad. Sur le plan sécuritaire, cette ville est contrôlée par des Séléka, proches de MPC de Alkhatim.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter