Centrafrique : La Minusca accusée de pyromane à Gambo

1

BANGUI, 12 Août 2017 (RJDH)… Michel Kpingo, député de Gambo a accusé la Minusca de jouer un rôle aux antipodes de sa mission à Gambo, localité située au sud du pays. Accusation portée contre la Minusca ce 11 aout lors d’une conférence de presse à Bangui.

L’exaspération de l’élu de Gambo intervient dans un contexte de tension sécuritaire à Gambo faisant plusieurs morts et des blessés. L’élu de Gambo a invité le gouvernement à prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité physique de la population de Gambo. Ce dernier a qualifié de menteur les propos de la Minusca pour justifier les conflits dans cette localité. Selon lui, la Minusca veut masquer les réalités dans sa déclaration à la presse.

Selon lui, sa rencontre avec la presse se veut la clarté sur les faits dans sa circonscription « j’ai convié la presse pour rétablir la vérité ; vous vous souviendrez que pendant les jours écoulés, Gambo a été le théâtre des évènements malheureux à la suite desquels j’ai pris ma responsabilité de parlementaire pour dénoncer ces exactions sur les ondes de certaines radios et dans certains journaux, dénonciation après laquelle j’ai été traité de menteur par la Minusca et le porte-parole de l’ UPC », a expliqué Michel Kpingo.

La Minusca est à l’origine des troubles selon le député qui relate les faits  «  le jour où les évènements douloureux se sont produits à Gambo, un convoi de la Minusca a quitté Bangassou pour Bangui et arrivé au niveau de Gambo, deux chars se sont détachés de ce convoi puis ont barré la route au niveau de l’église catholique. Après leur retrait,  les peulhs armés ont fait leur irruption au niveau du centre de santé où sont réfugiée une partie de la population et ont commencé à massacrer », a-t-il situé la responsabilité de la Minusca.

Michel Kpingo fait un lien au décès du contingent marocain «  je n’ai rien contre la Minusca. Elle a fait un bon travail au début en RCA mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. Tout ce qui se passe actuellement dans le Mbomou fait suite au décès des casques bleus du contingent marocain de la Minusca qui sont encore haineux envers la population. Et ça,  un gouvernement responsable doit exiger le retrait de cette troupe afin d’éviter d’autres violences. Or ce qui n’est pas le cas actuellement. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour arrêter tout cela », a-t-il déclaré.

La réplique du député intervient après la conférence hebdomadaire de la Minusca qui aurait minimisé et nuancé les tueries de Gambo.

Partage.

L'auteur

Un commentaire

Commenter