Centrafrique : Le ministère des Mines outille ses techniciens sur la gestion de la base des données

0

BANGUI, 04 Janvier 2017 (RJDH) – Le projet Droits de propriété et de développement du diamant artisanal (DPDDA 2) a appuyé le ministère des mines en formant 24 techniciens dans la gestion des bases des données. Cette initiative vient pallier les lacunes que rencontrent ce département en ce qui concerne les compétences et l’établissement d’un système de contrôle des diamants nationaux.

Pour la mise en place d’un système de suivi de la production de diamants conforment au système de certification du processus de Kimemberly, les acteurs du secteur et le Département de tutelle ont organisé cette formation. Les 24 lauréats ont reçu leurs parchemins après la formation.

Le Ministre des mines, Léopold Mboli- Fatran, dans son allocution a souligné que l’initiative de la formation des techniciens pour renforcer le système de contrôle de l’exploitation des minerais constitue un palliatif aux problèmes que rencontre son département. Sur les enjeux, il a encouragé les participants de «produire des données fiables précises, proposé dans un format de proportion adapté aux besoins des utilisateurs finaux », a-t-il souhaité.

Il a  aussi interpellé les participants à mettre les acquisitions au profit de l’institution et « de faire preuve de professionnalisme », avant d’exhorter les lauréats « de veiller à ce que les données collectées ne soient détournées de leurs objectifs ».

Pour Saint-Cyr Nganadora, l’un des participants, cette formation permettra de combler des lacunes du passé. « Nous avons des outils qui nous permettrons de redynamiser les services. Des logiciels adéquats nous accèderont  à faciliter aux demandeurs l’exploitation des minerais dans des conditions éligibles. La numérisation des données historiques de la commercialisation du diamant et la géo-révérencielle des chantiers des miniers dans les zones conformes, font parties de nos attentes  », a commenté Saint-Cyr Nganadora.

Un  comité sous-préfectoral pour le suivi du  processus de Kimberly a été mis en place le mardi 10 novembre à Berberati, sur initiative des opérateurs économiques de la région. C’est aux termes d’une rencontre convoquée par le directeur régional des mines et de la géologie, Alain Zoumiwa.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter