Centrafrique : Médecins du Monde fait un point sur son bilan de 2016 et ses perspectives 2017

0

BANGUI, 24 Février 2017(RJDH)—Plus de 6 formations sanitaires ont été appuyées et 300 cas de référencements sur fond des appuis en matériels et des médicaments. C’est le bilan de l’ONG Médecins du Monde fait par Koffi Yao lors d’une interview accordée au RJDH ce 23 février 2017.

RJDH : Bonjour Monsieur Koffi Yao. Vous êtes Directeur Pays de L’ONG/Internationale Médecins du Monde, votre organisation intervient dans le domaine de la santé d’une manière générale, elle est présente en Centrafrique depuis le début de la crise, quel bilan peut-on retenir des activités que vous avez menées ?

Koffi Yao : Notre mission consiste à accompagner le Ministère de la Santé Publique  et de la population  dans la fourniture du  paquet minimum d’activité en soins de santé primaire et la santé de reproduction, en appliquant une gratuité  ciblée. Médecins du Monde mène ses interventions  dans 6 centres de santé à Bangui et dans les périphéries (Begoua, Gobongo, Malimaka, Litton, Bouboui, et Gbango). Cela se traduit par les composantes suivantes : Le référencement des urgences par Ambulance, l’appui direct au fonctionnement des Formations sanitaires à travers la Paie des Primes du Personnel de santé, réhabilitation, appui en   intrants et matériels SSP/SSR ( NDLR, volet pharmacie), l’appui technique  sur le volet SSR notamment le renforcement des capacités, les supervisions au niveau des centres de santé, le développement des services de prise en charge holistique des survivants de violences basées sur le genre, le développement d’activités de santé mentale et appui psychosocial à  base communautaire et au niveau des centres de santé  appuyés pour les survivants de VBG et personnes en situation de détresse psychologique.

RJDH : Quels sont les maladies que vous traitez le plus souvent?

Koffi Yao : Nous prenons en compte les maladies tels que le paludisme, la diarrhée, l’infection respiratoire IRA basse et haute. Il y a aussi la prise en charge des   femmes enceintes  pour les cas de consultations prénatales et post natales,  l’appui formatif sur la planification familiale,  aussi via l’ambulance,  c’est le référencement des patients vers les hôpitaux  de référence. Médecins du Monde fait des dotations en équipements et en médicaments pour une idée de 2016, le cout total s’élève à 517.000€ soit 340 millions de FCFA.

RJDH : La situation sanitaire de la population s’est dégradée suite à la destruction et ou occupation des structures sanitaires par des groupes armés. Quelle lecture en faites-vous de ces faits ?

Koffi Yao : Nous déplorons qu’autant d’investissement consentit par nos bailleurs  financiers qui sont : German Mofa Fond Allemand, Fond humanitaire commun, les Fonds Suisse, les contribuables Français au siège de Médecins du Monde, l’UNFPA pour son appui en nature, que ces appuis financiers soient constamment abimés par la faute des groupes armés. Nous respectons les principes humanitaires notamment, Humanité, Neutralité Impartialité  et Indépendance.  Nous en appelons en termes de plaidoyer  afin que cela cesse au nom de nos 4 principes.

RJDH : Dites-nous quelles sont  les difficultés que vous avez enregistrez durant l’exercice de votre travail en RCA ?

Koffi Yao : La situation sécuritaire nous pose  énormément de problèmes pour l’accessibilité  à nos zones d’interventions.

RJDH : Quels sont vos perspectives  pour l’année 2017 ?

Koffi Yao : Pour l’année 2017,  nous envisageons  une prise en charge Holistique. Médecins du Monde compte  en Centrafrique capitaliser sur les acquis de l’intervention en cours.  Médecins du Monde continuera à venir  en appui à tous les niveaux de la pyramide sanitaire  afin de renforcer les compétences des différents acteurs pour la fourniture du Continuum de soins en santé de reproduction.

Au niveau des équipes Cadre de district, nous allons continuer le renforcement de leur rôle de planification et d’encadrement, via des supervisions conjointes, un appui méthodologique  et la mise en place d’un plan de formation.

Au niveau des Formations sanitaires, nous envisageons les réhabilitations des services de santé de reproduction, la dotation en équipements pour améliorer l’accueil et garantir la qualité des soins, et nous procèderons au renforcement des compétences du personnel soignant  via des formations, l’accompagnement  et la supervision.

RJDH : Monsieur  Koffi Yao  merci.

Koffi Yao : Merci à vous.

Propos recueillis par Bienvenu Matongo

Partage.

L'auteur

Commenter