Centrafrique : L’ONG FRACARITA célèbre la journée mondiale de la santé mentale

0

BANGUI, le 13 octobre 2018 (RJDH)—-L’ONG FRACARITA, spécialisée en santé mentale, a réuni du 8 au 10 octobre dernier des leaders jeunes de Bangui et ses environs dans une formation sur les méfaits de la consommation de la drogue et de l’alcool entrainant souvent de troubles psychiques.

A travers cette activité, FRACARITA entend venir en appui au ministère de la santé dans sa mission de santé publique mais également de présenter son  centre qui aujourd’hui qui offre des services de qualité et prêt à répondre aux besoins de toutes les couches sociales afin de sauver des vies.

Ouvert depuis 2016, et en phase de construction, le centre d’écoute de la FRACARITA dans la Commune de Bimbo a accueilli plus de 1737 patients de différentes catégories de couche sociales. Au titre de l’année 2016 et ce jusqu’à la date du 10 octobre 2018, le centre a accueillis 937 patients.

Saint-Cyr Ghon Yangoumassy, Assistant Social au Centre, s’en explique : « il y a 247 adultes, les enfants au nombre de 253 et les adolescents au nombre de 437. Dans le lot, il y a les épileptiques, il y a ceux qui font la crise de psychose où la personne agis sans se rendre compte. Dans la psychose, il y a la psychose hallucinatoire où la personne, vois ou écoute la voix que son entourage ne peut pas se rendre compte, autrement dit, le trouble hallucinatoire. Il y a des personnes qui font des délires. La personne est là, imagine des faits, parfois elle accuse son entourage de vouloir le tuer. Il y a également des délire de jalousie, parfois la personne une personne qui dispose de certains biens matériels de magicien ».

« il y a la psychose illusoire avec beaucoup plus des personnes qui réfléchissent à des choses irréelles. Il y a des troubles de l’humeur, que certains qualifie de dépression. Mais la dépression à plusieurs formes ou le trouble l’humeur  englobe en deux. La dépression et le trouble maniaque », a-t-il poursuivi.

Il a également profité de l’occasion pour expliquer ce qu’est la dépression qui selon lui, c’est lorsque la personne est là, sans énergie pour agir. « Elle a la perte de l’appétit et est toujours fatiguée. Il y a le trouble de l’humeur maniaque où la personne cumule des activités pour les réaliser à la fois, mais elle n’aboutisse jamais à terminer ce qu’il entreprend. Il ya également des personnes qui ont la dépression et le trouble maniaque que nous qualifions de trouble de l’humeur bipolaire. Il y a également des traumatiques. Cela suite aux évènements douloureux que le pays a connu et les dégâts encaissés. Les fréquentes réactions de la personne sont soit, il refuse de s’occuper de sa famille ou de prendre soin de lui-même » explique-t-il.

La consultation dans ce centre est gratuite mais le carnet lui est payant. Ce qui permettra d’assurer le suivi de la personne malade.  En plus du carnet qui est payant, « il y a également les médicaments mais à un faible prix permettant à un citoyen de basse classe de se faire soigner. Car le suivi d’une malade mentale c’est question de mois et de l’année. Nous avons également un appareil que seul notre centre en dispose. Auparavant l’Hôpital de l’Amitié en disposait mais aujourd’hui c’est en panne. C’est cet appareil qui permet d’examiner la tête pour discerner avec exactitude de quoi elle souffre. Si hier les gens vont à l’extérieur pour se faire soigner à travers cet appareil, aujourd’hui c’est possible en RCA avec notre centre », rapporte-t-il.

FRACARITA est actuellement l’unique centre de référence en République Centrafricaine qui dispose d’un appareil lui permettant de réaliser un examen du nom de « Electro encéphalogramme ». Aussi, le centre a mis en place un mécanisme lui permettant d’assurer la prise en charge de ses patients en fonction des cas et selon la situation sociale des personnes après enquête.

Partage.

L'auteur

Cyrille Wegue est Journaliste-reporter au Réseau des Journaliste pour les Droits de l’Homme depuis 21 septembre 2018. Il est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (3ème Promotion) à l’Université de Bangui où il a décroché sa Licence Professionnelle en Journalisme. Il était Journaliste Reporter au quotidien Le Démocrate de Juillet 2014-Sptembre 2018. Il est également maquettiste de plusieurs bulletins d’informations.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.