Centrafrique : L’ONG Espérance condamne les agressions physiques de son personnel

0

BANGUI, 08 septembre 2017 (RJDH)—L’ONG Espérance a dans un communiqué du 5 septembre condamné les agressions contre son personnel et appelle au respect du droit humanitaire international.

Dans le communiqué signé de  son président Moussa Mezane, l’ONG nationale Espérance s’alarme des conditions difficiles dans lesquelles elle travaille, caractérisées par l’enlèvement à Gambo au sud du pays de son coordonnateur de programme depuis le 18 mai et pour lequel l’organisation est sans nouvelle. L’attaque contre le chauffeur poignardé par un élément des groupes armés le 4 septembre à Bria au centre-est se trouvant dans un état critique aujourd’hui est aussi condamnée par cette structure humanitaire.

A travers ce communiqué, l’ONG clame sa neutralité et appelle les forces de la Minusca et les autorités administratives et locales de veiller sur la sécurité de la population ainsi que du personnel humanitaire, et demande aux groupes armés de cesser les agressions sur son personnel car, elle œuvre pour sauver des vies humaines sans distinction de religion et d’ethnie.

Cependant, elle menace de suspendre ses activités dans la ville de Bria en cas d’agression sur son personnel « nous faisons de notre mieux pour apporter secours et assistances aux personnes vulnérables. Mais nous ne pouvons continuer à exercer librement notre mission dans ces conditions-ci », a indiqué au RJDH une source proche de cette ONG.

Le communiqué de l’ONG Espérance suit celui de la coordination humanitaire qui s’inquiète des attaques récurrentes contre la communauté humanitaire dans l’exercice de leur fonction dans le pays.

L’ONG Nationale Espérance a été créé en 2015. Elle travaille dans la protection de l’enfance, la distribution des vivres auprès des déplacés de la Ouaka et de la Haute-Kotto et dans les travaux publics, notamment la réhabilitation des édifices publics  en partenariat avec la Minusca.

Partage.

L'auteur

Commenter