Centrafrique : L’investissement dans la sécurité alimentaire au centre du débat entre la FAO et les séminaristes à Bangui

0

BANGUI, 11 Novembre 2017 (RJDH)—Plusieurs séminaristes propédeutiques St Joseph ont discuté de l’investissement dans la sécurité alimentaire avec la Fao lors d’une conférence débat y relatif ce 9 novembre dernier à Bangui. Cette conférence débat s’inscrit dans le cadre de la Journée mondiale de l’alimentation célébrée en différée dans le pays.

Le thème de la journée mondiale de l’alimentation pour cette année est « changeons l’avenir des migrations. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ». Avec un taux de croissance économique qui se stabilise à 4%, la Fao ouvre le débat sur l’investissement dans un contexte où le gouvernement lance un forum des investisseurs dans le pays pour son relèvement après la crise.

Selon le représentant de la Fao, l’agriculture est un gage de solution face à la migration. Un débat qui a son sens selon lui avec ses interlocuteurs. « Le slogan de la JMA de cette année, « changeons l’avenir des migrations. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ». Il faut affronter les causes structurelles des vastes mouvements de populations dans le but de régulariser et ordonner les flux migratoires en toute sécurité. Il est d’autant plus pertinent aujourd’hui d’où l’importance de débattre avec ces jeunes qui viennent des différents ménages ruraux » a expliqué Jean Alexandre Scaglia représentant de la FAO en Centrafrique.

Selon Jean Clotaire Voyémadé directeur du grand séminaire propédeutique, est confiant de l’orientation de la formation axée sur le développement rural, « il est de coutume pour notre structure d’aborder chaque année avec la FAO les différents thèmes choisis pour les célébrations de la JMA. Et donc, la dimension agricole de notre formation a pour objectif de permettre à ces jeunes qui seront appelés à être prêtre dans l’avenir à toucher les questions de l’agriculture avec leurs communautés afin de favoriser le développement rural dans le pays. Pour cette année, nous avons pensé que le thème choisi est d’une importance capitale pour nos jeunes » a-t-il soutenu.

Pour atteindre ces objectifs, la Fao a une vision « les déplacements massifs de la population constituent aujourd’hui des défis complexes qui exigent une action à l’échelle mondiale. En investissant dans le développement rural, la communauté internationale peut également exploiter le potentiel des migrations pour soutenir le développement et renforcer la résilience des populations déplacées et des communautés d’accueil, jetant ainsi les bases d’un relèvement de longue durée et d’une croissance inclusive et durable » peut-on lire dans les documents justifiant le choix du thème.

Il s’agit d’une initiative du séminaire propédeutique Saint Joseph dont une équipe de quinze jeunes venus des diocèses de Bambari, Bangassou, Bangui, Kaga-Bandoro et Mbaïki, avec  l’approbation du représentant de la FAO pour l’organisation de cette conférence débat. La question est celle de savoir si l’Eglise s’orientera vers l’agrobusiness pour le développement.

Partage.

L'auteur

Commenter