Centrafrique : L’insalubrité, une préoccupation oubliée à l’hôpital de l’Amitié à Bangui

0

BANGUI, 03 aout 2017(RJDH)—L’insalubrité à l’hôpital de l’Amitié est de plus en inquiétante. Cette situation constitue une menace pour la santé des malades et de leurs parents.

Il est 10h à Bangui, nous sommes à l’hôpital de l’amitié situé au quartier Fouh dans le 4ème arrondissement. A première vue, l’hôpital est somptueux avec une devanture propre. Les signes de l’insalubrité apparaissent lorsque nous empruntons les couloirs. Un peu partout, des toiles d’araignées. Les murs sont sales ainsi que les persiennes dont beaucoup sont cassées. Au service de la traumatologie, nous rencontrons Adèle qui depuis deux semaines est au chevet de son père. Cette femme d’une trentaine fait le même constat, « l’hôpital est trop sale. L’entretien des salles est nul, les sols ne sont pas bien nettoyés. Les eaux nous envahissent même à l’intérieur pour ne pas parler des toilettes où on n’a même pas envie d’y aller. Ce qui fait que les moustiques nous piquent».

En passant derrière la traumatologie, on tombe sur le foyer, là où la nourriture des malades est préparée. Mais, là encore, l’insalubrité est à son comble. L’endroit est envahi par de hautes herbes, ce jusqu’au niveau de la morgue. Nous sommes accueillis par une odeur qui fait vomir malgré tout, les parents des malades sont là pour préparer. Marina, un des parents parle de leur souffrance, « nous respirons avec peine, mais nous sommes obligés de supporter ces odeurs qui proviennent de ces ordures et parfois des produits périmés brulés juste à côté de là où nous dormons et préparons pour nous et les malades ».

A côté d’elle, Maryse est assise sur une natte. Elle prépare avec une certaine rapidité parce qu’elle veut vite quitter les lieux.  Pour elle, la santé des malades et de leurs parent est menacée, « l’alentour et même l’intérieur de l’hôpital sont sales. Je fais vite ici pour quitter le foyer à cause de cela. Ici, c’est la santé de tout le monde qui est en danger.  Nous sommes vraiment exposés aux moustiques au risque d’attraper encore des maladies. Je demande au directeur et surtout au chef du service d’assainissement de prendre  leur responsabilité», a lancé Marlyse sur un ton coléreux.

A quelques pas du foyer et à gauche, se trouve un groupe de parents des malades. Pour les rejoindre, nous passons entre des tas d’ordure avec le bourdonnement des mouches. Nous sommes obligés de nous boucher le nez. Pour Pierre, un des membres de ce groupe, il faut aménager la place du point d’eau, « en dehors de hautes herbes qui nous  envahissent, je remarque aussi que là où l’on fait les vaisselles et la lessive  n’est pas propre. L’eau, c’est la vie mais aussi un moyen facile pour attraper des maladies, nous supplions le personnel soignant de mettre ces places au propre ».

L’insalubrité est l’un des problèmes majeurs de l’hôpital de l’Amitié même si l’on ne semble pas le voir ainsi. Joachin Paterne Témbéti, directeur intérimaire de l’hôpital ainsi que le chef du service d’hygiène n’ont pas souhaité se prononcer sur cette situation qui constitue une menace réelle pour la santé des malades et de tous ceux qui fréquentent cet hôpital qui est le deuxième hôpital en Centrafrique en terme de capacité d’accueil.

Inauguré en 1987, cet hôpital est le fruit de la coopération sino-centrafricaine.

Partage.

L'auteur

Commenter