Centrafrique : L’hôpital de Bangassou tente d’organiser la prise en charge des malades après le retrait de MSF

0

BANGASSOU, 22 octobre 2017 (RJDH)–Les responsables de l’hôpital universitaire régional de Bangassou tentent de réorganiser la prise en charge des patients après le départ de l’équipe de MSF suite au braquage dont elle est victime dans la nuit du lundi au mardi 21 novembre 2017. Une réunion y relative s’est tenue ce 22 novembre à Bangassou.

L’équipe des Médecins Sans Frontières (MSF) avait évacué 58 personnels médicaux nationaux et internationaux de Bangassou, cessant de fait toutes ses activités suite à un violent braquage à main armé. C’est dans ce contexte que les responsables dudit hôpital ont tenu une réunion afin de voir la possibilité de continuer la prise en charge des patients.

 Dans un communiqué,  MSF a indiqué que 30 enfants de moins de 5 ans qui étaient hospitalisés ne seront plus à même d’être soignés tout comme les 26 patients du service de chirurgie.  « …abandonner cette population est un constat amer de notre impuissance à offrir une aide humanitaire vital à l’une des crises mondiales les plus importantes aujourd’hui, ceci à cause des attaques sur notre personnel », regrette Frederic Lai Manantsoa, chef de mission pour MSF en RCA.

Selon les informations du RJDH, au moment du braquage, tous les patients avaient quitté l’hôpital. « C’est ce matin qu’ils sont revenus. Seul un patient venu de Bakouma reste encore dans le quartier », a indiqué Florentin Guerekoureke, gestionnaire à l’Hôpital de Bangassou avant de présenter les objectifs de la rencontre de ce matin « il était question d’évaluer le personnel médical restant, ceux-là qui sont pris en charge par l’Etat et par l’hôpital ainsi que le matériel disponible laissé par MSF et d’organiser les soins des patients qui commencent à revenir à l’hôpital », a-t-il évoqué au RJDH.

Même si la prise en charge se réorganise à Bangassou, le départ des MSF a laissé un vide dans la région. « A Bangassou, MSF appuyait l´hôpital de Bangassou centre, et les centres de santé de Niakari, Yongofondo, Mbalazime. Au cours du premier trimestre 2017, MSF a organisé des cliniques mobiles à Nzacko et Bakouma et a offert des services médicaux aux personnes réfugiées à Ndu de l´autre côté de la frontière RCD, ainsi qu´aux déplacés musulmans sur le site de l´église catholique de Bangassou »,  rapporte le service de communication des MSF.

Un autre braquage en octobre 2015 à Bangassou avait poussé MSF à réduire ses activités. Le dernier évènement similaire est intervenu à Batangafo en aout dernier, provoquant la réduction des activités médicales des MSF dans la localité avant la reprise le 2 octobre 2017.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation. Il est ressortissant du département des sciences de l’information et de la communication de l’Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012.
Au RJDH, il est Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux depuis avril 2014. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter