Centrafrique : Les victimes des crises au cœur de plusieurs activités de sensibilisation et de plaidoyer en 2017

0

BANGUI, 4 janvier 2017 (RJDH)–Plusieurs rencontres ont été organisées par la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme au cours de l’année 2017. Ces réunions et plaidoyers ont porté sur les victimes des crises en Centrafrique.

Les actions menées par les organisations de la société civile impliquées dans le projet « Partenariat Stratégique », ont porté sur les victimes comme le souhaite l’objectif global de ce programme.

Dans le cadre des activités de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme, plusieurs campagnes de sensibilisation ont été menées auprès des associations des victimes. C’est ainsi que la LCDH a rencontré les victimes du 4ème arrondissement de Bangui avec lesquelles elle a abordé des questions qui touchent à la situation des victimes en général et celles de l’arrondissement en particulier. L’exercice a consisté pour cette organisation de rassurer les victimes sur la question de la justice et surtout ce qu’elles doivent faire pour que les dommages subis soient comblés.

L’association des victimes de Gobongo ont aussi eu l’occasion de discuter avec la LCDH sur leur situation et les possibilités d’avenir. La ligue a profité de l’occasion pour sensibiliser les membres de cette association sur leur avenir à en croire les responsables de la LCDH.

La troisième association rencontrée a été celle du Quartier Sarah 3eme Arrondissement après quoi la ligue a discuté au cours de l’année avec les victimes de Combattants, de Nzangogna, de Bégoua et celles de Landja.

En dehors de ces campagnes de sensibilisation la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme a relevé qu’elle a mené des plaidoyers pour inviter les décideurs à s’approprier le sort des victimes. C’est dans ce cadre que plusieurs réunions et ateliers ont été organisés pour permettre aux victimes de présenter leurs doléances aux décideurs. Dans cette optique, les cadres du Ministère de la Justice, du département de l’intérieur et de la Sécurité publique, les Directeurs généraux  des Ministères des affaires Sociales, de la Justice, de l’intérieur et de la Sécurité publique,  UMIRR et les parlementaires ont discuté avec diverses structures des victimes. De sources autorisées, l’essentiel des revendications des victimes a porté sur leur désir de justice et indemnisation ainsi que leur opposition à l’amnistie.

Plusieurs autres organisations de la société civile ont pu placer au cœur de leurs actions le sort des victimes car depuis que la République Centrafricaine connait des crises, les victimes sont toujours abandonnées à leur triste sort au profit des bourreaux qui obtiennent le DDR et des postes. Depuis le lancement du projet Partenariat Stratégique, les choses semblent changées et les victimes sont placées au cœur des dispositifs.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.