Centrafrique : Les sourds muets de Bégoua suivent les cours assis sur des nattes

0

BANGUI, 16 Mars 2019—-(RJDH), Créée en mars 1996, l’école de salut pour les sourds muets de Bégoua manque cruellement de tables bancs. L’école aurait besoin de 20 tables bancs pour les deux salles de classes ce qui permettrait aux enfants d’étudier dans des conditions décentes. C’est ce qui ressort d’un entretien du RJDH avec la Directrice de cette école, Mme Odette Konou Bagara le 13 mars 2019.

La commune de Bégoua est l’une des communes les plus affectées par la crise qui a secoué la RCA. C’est dans cette commune que se situe l’une des écoles des sourds muets.

Selon Mme Konou Bagara Odette, Directrice de l’école de salut pour les sourds muets de Bégoua, avant les évènements de 2013, l’école était bien équipée avec des tables bancs, et un mobilier adéquat. « Les fournitures, le matériel, il y en avait également sans compter une dotation en produits alimentaires par le PAM pour motiver les enfants à venir massivement à l’école. Nous avions un effectif de 76 élèves avant les évènements. Mais maintenant, on a détruit le local, et tous les tables bancs étaient emportés », a-t-elle indiqué. 

Elle poursuit en disant « Juste après les évènements, quand nous sommes revenus, j’étais obligée de commencer à enseigner les enfants sous les arbres. Et c’est grâce à l’aide de certains parents que j’ai pu reconstruire ce local. Mais il se pose un problème de table bancs. J’étais obligée d’utiliser les bancs des commerçants pour faire asseoir les enfants. Parfois, on utilise la natte pour les petits enfants de CI », a-t-elle précisé.

Ces conditions déplorables, selon elle, ont démotivé les élèves qui brillaient par leur irrégularité. Au lieu de 76 élèves que comptait l’établissement, l’école ne compte plus aujourd’hui que 15 enfants répartis dans deux salles de classes. Les élèves du CI et CP occupent une salle tandis que ceux du CE-1 et CE-2suivent les cours dans l’autre.

Elle déplore l’absence de la cantine scolaire « Malheureusement, il n’y a plus de cantine scolaire. On n’a aucune dotation de la part de PAM. Auparavant, quand le PAM nous amenait des produits vivriers, on avait créé une formation professionnelle. On fabriquait des fauteuils, des tapis, voire beaucoup de choses. On enseignait la couture aux filles. Et les grandes filles sourdes muettes mères d’enfants, en sus de cet effectif de 76 élèves, venaient régulièrement pour apprendre la couture », a-t-elle poursuivi.

« Maintenant, poursuit-elle qu’il n’y a plus de cantine scolaire, tout ce monde est resté à la maison.  « Le message que j’ai, est que ce sont des enfants comme tous les autres. Ils  sont aussi capables de tout faire. C’est seulement ce problème d’audition qui les bloque mais ils sont très perméables à beaucoup de choses. Si vous prenez un enfant, qui est mal entendant vous l’encadrez il peut faire mieux que celui qui est normal .Au gouvernement et aux ONG, vraiment je leur demanderais de nous aider avec au moins 20 tables bancs. Comme ça,  ça va remplir nos deux salles et nous allons nous en contenter. Aussi, il serait souhaitable de penser à nous doter de matériels didactiques, de fournitures de bureau et autres. On est dépourvu de tout », a-t-elle dit pour conclure.

Partage.

L'auteur

Cyrille Wegue est Journaliste-reporter au Réseau des Journaliste pour les Droits de l’Homme depuis 21 septembre 2018. Il est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (3ème Promotion) à l’Université de Bangui où il a décroché sa Licence Professionnelle en Journalisme. Il était Journaliste Reporter au quotidien Le Démocrate de Juillet 2014-Sptembre 2018. Il est également maquettiste de plusieurs bulletins d’informations.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.