Centrafrique : Les revendications des groupes armés déjà sur la table du Gouvernement

0

BANGUI, le 4 Octobre 2018 (RJDH)— Lors de sa 794ème réunion tenue le 19 Septembre à Addis-Abeba (Ethiopie), le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine s’est intéressé à la situation de la République centrafricaine.

Dans un communiqué rapportant les activités de la 794ème réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, le Conseil a indiqué que les revendications des 14 groupes armés sont déjà sur la table du Gouvernement. « Le Conseil a pris note avec appréciation du travail effectué par le Panel de facilitation, qui a remis, le 31 août 2018, et au Président Faustin-Archange TOUADERA de la RCA, le cahier des doléances et revendications exprimées par les 14 groupes armés de la RCA », précise le communiqué.

Cette information a encore été relayée au sommet de New York pour la 73ème session des Nations-Unies par Smail Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité, Ambassadeur sur la situation en RCA.

Par ailleurs, en vue de créer les conditions nécessaires au dialogue entre le Gouvernement et les groupes armés, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a demandé aux groupes armés et aux milices d’autodéfense de « mettre un terme immédiat à leurs actions violentes », lit-on dans le communiqué. A cet égard, « le Conseil a appelé tous les groupes armés à s’engager résolument dans les programmes de désarmement, démobilisation et réinsertion, avec pour ultime objectif la restauration durable de la paix, de la sécurité et de la stabilité en RCA », indique encore le communiqué.

Le Conseil s’est félicité des efforts soutenus de l’Union africaine à travers l’initiative africaine pour la paix et la réconciliation en RCA, avec le soutien des pays de la sous-région à travers la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), le Cameroun, le Gabon, le Congo, la RDC, le Soudan et le Tchad.

Ainsi, la rencontre de Khartoum, aujourd’hui diversement appréciée, a été qualifiée par Smail Chergui dans son discours à New York « d’une démarche complémentaire à l’initiative africaine pour la paix en RCA ».

Interpelant les acteurs centrafricains à s’approprier pleinement et de bonne foi le processus de paix et de réconciliation, le Conseil a rappelé que les partenaires ne sauraient se substituer aux acteurs centrafricains dans la recherche d’une solution durable aux défis auxquels fait face la RCA depuis tant d’années.

Enfin, « le Conseil a exhorté le Gouvernement centrafricain à examiner et à donner suite avec diligence aux préoccupations exprimées par les groupes armés », lit-on en fin du communiqué.

Partage.

L'auteur

Rodrigue Le Roi Benga est journaliste-reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH) depuis le 21 Septembre 2018. Ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa Licence Professionnelle en Journalisme (DSIC-6ème promotion), il a effectué des stages professionnels aux quotidiens Le Confident et Le Démocrate.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.