Centrafrique : Les politiques expriment leurs vœux à la nation

0

BANGUI, le 1er Janvier 2018(RJDH)—La Saint Sylvestre est l’occasion pour les leaders politiques et les institutions de formuler leurs vœux à la nation mais aussi de faire le bilan de l’année écoulée. Pour cette année, Faustin Archange Touadera appelle à la réconciliation nationale. Martin Ziguélé souhaite un relèvement économique et Anicet Georges Dologuélé parle de la situation sécuritaire très dégradée et reste perplexe pour 2018.

L’année 2017 a été marquée par les fâcheux événements ayant endeuillé des familles centrafricaines de même que la Minusca qui a perdu des soldats de la paix. Le gouvernement est optimiste et se félicite des résultats sur le plan économique avec un taux de croissance de 4%. C’est dans ce contexte que majorité et opposition restent divisées sur les perspectives de 2018.

Le pays est sur la bonne voie, selon Faustin Archange Touadera. «Au plan de la bonne gouvernance nous avons poursuivi l’assainissement de nos finances publiques, conséquence logique de notre sérieux qui consacre les mesures sociales vis-à-vis des opérateurs économiques et des fonctionnaires de l’Etat. Placer 2018 sous le sceau de la réconciliation nationale indispensable au relèvement du pays, la cohésion nationale, est plus que nécessaire si nous voulons nous en sortir, si nous voulons sortir définitivement le pays de l’abîme où il se trouve » a insisté le président de la République.

La paix au plus vite selon Martin Ziguélé « Mon vœu le plus cher pour notre pays, pour nos compatriotes qui, comme vous le savez, sont encore sur les sites des déplacés, dans les camps des réfugiés pris entre les feux des groupes armés, c’est que toutes les initiatives pour la paix qui se font dans notre pays actuellement puissent aboutir rapidement et concrètement. Et au mieux au courant de cette première tranche de trimestre 2018 pour que vraiment les Centrafricains aient la paix. Mon vœu est un vœu de retour rapide et effectif à la paix. Mon second vœu, c’est que nous avancions sur le chantier de la réconciliation nationale parce que si nous sommes unis, les facteurs des divisions vont disparaitre. Et si nous ne nous sommes pas unis et que nous obtenions la paix par une simple déclaration et que les cœurs restent divisés, la stabilité de notre pays à terme également sera compromise » a-t-il indiqué.

Anicet Georges Dologuélé dans une déclaration de vœu à la nation dresse un bilan peu convaincant en 10 points contrairement à celui du gouvernement «il a fallu au gouvernement près d’un an pour réussir à mettre en place le Secrétariat permanent du RCPCA et ni le budget 2017, celui de 2018 ne comportent des éléments qui peuvent laisser espérer à une évolution positive des décaissements dans les mois à venir» a-t-il lancé avant d’ajouter que «40% des élèves n’ont pas pu aller à l’école en 2017 parce que, soit ils sont dans les camps des déplacés, les salles de classes servant de dortoir aux groupes armés  soit les enseignants ne peuvent pas exercer leur métier…. »,  a déclaré Anicet Georges Dologuélé.

La Saint Sylvestre est l’occasion pour les leaders d’opinion de dresser le bilan et de s’accorder sur la situation sécuritaire difficile pour la relance du pays.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.