Centrafrique : Les leaders politiques et sociaux exigent un dialogue inclusif et dans le pays.

0

BANGUI, le 04 Septembre 2018(RJDH)—Les Leaders politiques et sociaux ont critiqué les concluions des rencontres la semaine dernière avec les groupes armés à Khartoum et à Bouar notamment l’idée de l’amnistie voulue par ces derniers. Position exprimée par le coordonnateur des leaders politiques et sociaux Jean Serge Wafio à l’issue d’une rencontre bilan.

Depuis la fin des travaux de recherche de solution pour de sortie de crise tant par la feuille de route et récemment l’implication russe à travers la rencontre de Khartoum qui a vu la création du Rassemblement Centrafricain, les réactions fusent de toute part en commençant par les groupes armés, les leaders politiques et la société. C’est dans ce contexte que la plate-forme des partis politiques et organisations de la société civile a brisé le silence pour critiquer l’impunité demander par les groupes armés. Selon eux les groupes armés n’ont pas de légitimité pour demander cela.

Le cadre restreint du dialogue n’est pas du gout de CLPS, « le conseil des leaders politiques et sociaux appelle le gouvernement à intégrer les aspirations des forces vives de la nation qui se sont clairement exprimées sur l’organisation d’un dialogue à caractère inclusif et en territoire centrafricain », a appelé Jean Serge Wafio coordonnateur du CLPS.

Face au Rassemblement Centrafricain sur lequel le gouvernement balbutie, les leaders ne tarissent pas de proposition allant à l’encontre des groupes armés en mettant sur la table une approche inclusive où toutes les questions doivent être discutées.

Cette prise de position s’inscrit dans le cadre de bilan et une patate chaude entre les mains du gouvernement sommé à avoir une position claire et compréhensive par tous.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.