Centrafrique : Les Hauts Conseillers de Communication en atelier de relecture de la loi n°05.002 sur la liberté de la presse

0

BANGUI, 06 Mars 2018(RJDH) —-Les Hauts Conseillers en Communication avec l’appui d’Internews sont en atelier pour la relecture de la loi n°05.002 du 22 février 2005 relative à la liberté de la presse en République Centrafricaine. Un appui, selon le Président du HCC, José Richard  Pouambi,  visant à assainir le secteur de la presse centrafricaine.

L’atelier de la révision  de la loi sur la liberté de la presse en Centrafrique intervient au moment où des vides juridiques ont été constatés dans les textes régissant le secteur des médias dans le pays. Ces vides sont entre autres le manque des dispositions permettant au HCC de réguler les médias en ligne et la précision que les activités des radios communautaires. Ils constituent un blocus au HCC dans l’exercice de sa mission primordiale, celle de réguler les médias en Centrafrique.

«Le cadre juridique qui nous permet de réguler le secteur de médias en République Centrafrique est totalement obsolète. Le principal texte avec lequel nous travaillons, c’est l’ordonnance n°05.002 du 22 février 2005. De 2005 à 2018 cela fait 13 ans et donc c’est vraiment caduc et il y a un vide juridique. Notre urgence aujourd’hui, c’est de passer à la relecture de cette ordonnance», a déclaré Vincent Namrona le rapporteur général du Haut Conseil de la Communication(HCC).

La capacité d’application du texte légal, l’identification des priorités, la révision des textes sur le Haut Conseil de la Communication sont les thématiques qui viennent à point nommé selon le Président du HCC, José Richard Pouambi car, « le HCC s’est lancé dans une grande réforme telle que la relecture de l’ordonnance n°05.002 du 22 février 2005 qui contient des carences et bloque le HCC dans son élan d’assainir la presse centrafricaine dans sa globalité », a-t-il scandé.

Jérémie Soupou, représentant d’Internews souligne que l’ONG Internews travaille depuis 2016 dans son projet financé par l’USAID qui s’appelle «Connect». L’idée de cette connexion se fait par l’information, «or cette information pour nos citoyens doivent recevoir les informations qui régissent  par la loi. C’est pourquoi nous avons inclus le HCC dans le programme d’appui que nous avons conçu pour la RCA ».

Cet atelier organisé par le Haut Conseil de la Communication avec l’appui de l’ONG Internews va durer cinq jours.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.