Centrafrique : Les députés divisés sur la ligne budgétaire du gouvernement pour l’exercice 2018

0

BANGUI, 29 Novembre 2017(RJDH)—Les députés ont émis des avis divergents sur le projet de loi de finance 2018 soumis au débat en plénière ce 29 novembre. La majorité présidentielle et la commission finance et plan ont appelé au vote du budget alors que l’URCA, parti politique d’opposition appelle à voter non parce que les questions sécuritaires sont sous évaluées.

161,7 milliard de ressources propres réparties par régies, ces ressources que le gouvernement compte mobiliser interviennent dans un contexte de croissance en Afrique et dans les pays émergents. L’adoption de la loi de finance intervient au moment où la commission Finance et plan de l’Assemblée nationale n’a pas encore le projet de loi de règlement de l’exercice 2017 pour mesurer la pertinence du budget.

André Nalké Dorogo, premier vice-président de l’URCA et député de Berberati appelle à la désapprobation de la loi « nos compatriotes à l’intérieur du pays sont des déplacés internes, ils sont dans la brousse et tous les jours les groupes armés massacrent et entant que digne représentant de la population nous ne pouvons pas faire fi de tout cela. Nous ne votons pas parce qu’elle ne répond pas aux attentes de la population », a justifié l’honorable Nalké qui ne comprend pas pourquoi le budget de la présidence et de la primature excède celui de la défense et de la sécurité.

L’adoption du budget ne fait l’ombre d’aucun doute, mais la position de l’URCA marque une avancée dans les débats contradictoires et constructives à l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

Partage.

L'auteur

Commenter