Centrafrique : Les centres de référencement du pays manquent d’ambulance

0

BANGUI, le 18 juillet 2018(RJDH)—Le nombre insignifiant des ambulances dans les centres de référencement suscite chez les patients et leurs parents un sentiment de marchandage de ce service public.  Allégation rejetée en bloc par Pascal Mbelesso directeur général de l’hôpital de l’amitié ce 17 juillet sur la question. 

Le nombre dans ambulances dans les centres de référencement du pays est inférieur au ratio des personnes hospitalisées ainsi que la capacité d’accueil de chaque centre de Bangui. Ces ambulances sont prises en charge sur des lignes de l’Etat mais parfois les hôpitaux éprouvent des difficultés pour alimenter en y mettant du carburant. C’est dans ce contexte que certains banguissois accusent les conducteurs de vouloir tirer profit en mettant en commerce ces ambulances.

Selon Pascal Mbelesso directeur général de l’hôpital de l’Amitié, l’ambulance est gratuite mais il y a certains paramètres qui échappent aux usagers de ce service public « Les ambulances n’assurent pas des services payants, l’Etat a mis ces moyens à la disposition des hôpitaux pour répondre aux besoins d’urgences sanitaires de la population » a-t-il précisé.

Loin de minimiser le risque, il a appelé à la dénonciation de cette pratique tant est si vrai que cette pratique est avérée pour que les auteurs puissent répondre de leurs actes. « Pour limiter cette pratique d’arnaque auprès des familles des patients, la direction générale de l’hôpital souhaite être  informée à temps » a ajouté le directeur général avant de préciser que « les dernières crises survenues dans le pays ont mis la majorité des parkings des hôpitaux en dépouille, chose difficile à y remédier aujourd’hui si ce n’est que des dons de la part du gouvernement à travers les partenaires. Certes ces moyens roulants sont mis à notre disposition, mais nous avons parfois des difficultés pour en approvisionner, c’est à ce moment-là que les parents du patient sont autorisés à payer du carburant rien que le carburant pour assurer son déplacement ». 

Si les autorités hospitalières sont conscientes que les ambulances sont destinées au déplacement des malades, des blessés internes ou externes et non pour transport des cadavres ou marchandises, il n’en demeure pas moins que l’insuffisance et toutes les difficultés ici citées ont affecté la bonne volonté d’aider les malades, ce qui nécessite un effort du gouvernement.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.