Centrafrique : L’équipe nationale court le risque d’être écartée des compétitions internationales

0

BANGUI 21 aout 2017(RJDH)—la fédération de football s’inquiète du risque de mise à l’écart de l’équipe nationale de football. Inquiétude exprimée par Octave Mahamat Adiallo à Bangui lors d’une conférence de presse suite à l’affaire Jules Accorsi, ex sélectionneur des fauves de bas-oubangui.

Cette nouvelle intervient au moment où le pays est dans la course pour sa qualification à la CAN 2019. Logés dans la poule H, les centrafricains ont remporté lors premier match le 11 juin dernier contre le Rwanda à domicile et se positionnent bien pour participer à sa première CAN alors que la CAF vient d’augmenter le nombre des pays devant participer à cette coupe d’Afrique des Nations.

La fédération justifie sa crainte par l‘exigence de la commission discipline de la FIFA qui a sommé pour une dernière fois la fédération à s’acquitter de ses obligations vis-à-vis de Jules Accorsi d’ici là en ces termes « une dernière  fois de payer sans tarder le montant restant du, au plus tard le 1er septembre 2017, et de nous (FIFA) faire parvenir une copie du justificatif de paiement » peut-on lire dans la lettre de la commission FIFA.

La fédération prône une solution négociée. « Nous allons nous agenouiller devant le gouvernement qui est notre seul sponsor pour nous aider à trouver une solution à ce problème », a dit Octave Mahamat Adialo, président de la sélection au sein de la Fédération nationale.

Le contentieux entre la RCA et Jules Accorsi entraineurs de l’équipe nationale entre 2009-2012 découle de non-paiement de ses émoluments. Ce dernier a saisi le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de la FIFA et a eu gain de cause. Mais la fédération lui a décaissé 25 million et devra encore débourser 96 million supplémentaires.

Fort des compétitions internationales, la Fédération centrafricaine de football a alors engagé un partenariat, dit-elle de bénévolat avec le technicien suisse Raoul Savoy qui a conduit le pays à la victoire face au Rwanda en juin dernier. Ce qui a certainement motivé la relance de l’affaire Accorsi selon les observateurs du football centrafricain.

Le verdict de la FIFA est sans appel si le pays ne répond pas à la sommation de la commission discipline d’ici le 1er septembre. Le pays ne serait pas dans les compétitions internationales pour une durée de 4 ans assorties des amendes.

Partage.

L'auteur

Commenter