Centrafrique : L’école à Markounda fragilisée par le nombre insignifiant du personnel enseignant

0

MARKOUNDA, 27 Octobre 2017 (RJDH)—Sur 43 écoles que compte la sous-préfecture de Markounda, un seul instituteur fait office de directeur et professeur du lycée. Une situation décriée par Béatrice Emilie Epaye l’élue de cette circonscription dans une interview accordée au RJDH ce 27 octobre à Bangui.

Plusieurs régions du pays manquent du personnel enseignant. Cette situation laisse la voie libre à l’emploi des maitres parents ou à l’abandon des enfants à eux-mêmes. Le cri de cœur d’Emilie Beatrice Epaye intervient alors que le ministre de l’Education Nationale Moukandas Nour, menace des enfants ayant refusé de prendre leur fonction de suspension de solde.

Le député de Markounda Béatrice Emilie Epaye a regretté la carence d’enseignants qualifiés dans la sous-préfecture de Markounda, « ma circonscription compte au total 43 établissements scolaires publics. Les fonctionnaires et agents de l’Etat affectés dans cette région ont refusé de prendre fonction suite aux violences armées. On note trois groupes armés qui sévissent dans cette localité et qui violent les droits à l’éducation des enfants » a-t-elle déploré.

Les bouleversements dans le plan de l’éducation trouvent leur explication par l’accumulation de rôles à défaut de l’autorité de l’Etat dans la région, « le seul directeur d’école s’est substitué en inspecteur d’enseignements. Il assure l’intérim du sous-préfet pendant deux ans. Le nouveau sous-préfet a été nommé, la population attend son  arrivée », a décrit Béatrice Emilie Epaye, avant d’annoncer que la population de Markounda.

Les plaintes des élèves et de l’élue de Markounda arrivent un mois après l’ouverture des classes lancée par le gouvernement.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter