Centrafrique : Le Tribunal pour Enfants annonce la tenue de sa prochaine session

0

BANGUI, 03 Janvier 2018 (RJDH)— Le Tribunal pour Enfants tiendra sa première session après cinq ans d’interruption dans la quinzaine du mois de janvier 2018, selon le Magistrat Thierry François Moskit, président du Tribunal pour Enfants à Bangui.

L’annonce de l’audience du Tribunal pour Enfants intervient au moment où le Tribunal de grande instance de Bangui  enregistre plusieurs plaintes relatives aux enfants en conflit avec la loi. Faute d’Assesseurs l’audience du tribunal n’a pas pu se tenir et cela pendant cinq ans. La prestation de serment de ces assesseurs nommés le 29 décembre 2017 est attendue dans les jours qui suivent.

Le président du Tribunal pour Enfants Thierry François Moskit, a annoncé l’imminence de l’activité de cette institution : «des enfants croupissent à la Maison d’arrêt centrale de Ngaragba sans jugement. Les quatre assesseurs se sont engagés après leur prestation de serment à traiter les dossiers. Donc nous allons nous atteler à ce travail pour que le tribunal puisse tenir ses audiences inscrites au rôle », a dit le président du Tribunal pour Enfants.

Jean-Prosper Guérengbo, l’un des assesseurs a indiqué que l’objectif poursuivi n’est pas limité à la condamnation mais s’étend à un encadrement social des enfants « nous avons une capacité de définir le comportement des enfants présumés auteurs d’infractions. Nous avons aussi ce rôle de conseiller, de plaider, d’apaiser les peines pendant le jugement », dit-il, avant de lancer que « d’autres rôles qui nous sont assignés sont de faciliter la formation de ces enfants pendant qu’ils sont en train de purger leur peine à la maison carcérale ».

Sur le rôle du Tribunal pour Enfants on retrouve des cas d’enfants associés aux groupes armés qui doivent comparaitre en jugement et dont l’âge varie entre 13 à 17 ans. L’annonce du jugement de ces enfants intervient au moment où la Cour Pénale Spéciale ouvre une série d’informations judiciaires sur les crimes commis dans le pays et documenté par le rapport MAPPING.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.