Centrafrique : Le Tribunal Militaire Permanent très clément à l’égard des soldats accusés de divers délits

0

BANGUI, 21 décembre 2017 (RJDH)—Les peines prononcées contre des militaires par le Tribunal Militaire Permanent ont déçu plus d’un observateur. Le Commissaire du gouvernement a même été obligé de faire appel des décisions rendues.     

Le Tribunal Militaire Permanent, selon les enquêtes du RJDH, a prononcé la quasi-totalité des peines en sursis. Les huit éléments de la sécurité présidentielle accusés de coups et blessure ayant entrainé la mort d’un jeune homme, ont écopé des peines avec sursis. Même peine pour un gendarme accusé de délit de pédophilie. Cependant, le gendarme accusé d’avoir violé une femme gardée à vue, a été libéré.

Ces jugements ont, semble-t-il, déçu le Commissaire du gouvernement qui a interjeté appel des décisions rendues par le Tribunal Militaire. De sources autorisées, la Cour d’appel est saisie afin de se pencher à nouveau sur ces cas, ceci à la demande du Commissaire du gouvernement.

Les jugements du tribunal sonnent, aux yeux de nombreux observateurs, comme une caution, un encouragement pour les soldats indisciplinés qui brillent par les violations des droits de l’homme dans l’exercice de leurs fonctions.

Au moment où le gouvernement amorce le réarmement des forces armées centrafricaines, il est impérieux que les soldats, auteurs de délits, soient condamnés en fonction des délits commis. Ceci donnerait le ton et servirait d’exemple. Malheureusement le tribunal militaire a, lors de sa dernière session, raté l’occasion de concrétiser la rupture et d’asseoir une nouvelle dynamique à la hauteur des réformes prônées par les nouvelles autorités en matière de justice militaire à travers le nouveau code militaire qui institue des tribunaux militaires dans plusieurs villes du pays.

Partage.

L'auteur

Commenter