Centrafrique : Le Ramadan placé sous l’angle du pardon et du respect de la religion

0

BANGUI, 16 Mai 2018(RJDH)—Le deuxième vice-président du comité islamique centrafricain, Ahmat Deris Rator, a appelé les Centrafricains au pardon et au dialogue. Un appel lancé ce jour à l’occasion du démarrage du ramadan déjà observé par les uns et qui commencera demain pour les autres.

Les violences armées de ces derniers temps à Bangui et à l’intérieur du pays n’ont cessé d’affecter le vivre ensemble et la cohésion sociale. La paroisse Notre Dame de Fatima a été attaquée et les mosquées ont aussi fait l’objet de pillages. C’est dans ce contexte que l’appel du deuxième vice-président du comité islamique centrafricain, Ahmat Deleris Rator, intervient. Cet appel plaide pour le respect des lieux de culte alors que certains musulmans commencent ce jour le ramadan au 30 shabane soit un jour avant le mois du Ramadan. La majorité des musulmans entameront ce moment de jeûne et de prière demain jeudi 17 Mai 2018.

Ahamat Deleris Rator considère ce mois de ramadan comme un moment de prière et de pardon entre Centrafricains. Il appelle les Centrafricains à implorer la grâce divine pour que la paix revienne définitivement dans ce pays, «c’est avec fierté et courage que nous allons commencer ce mois de ramadan. C’est un moment de jeûne, de prière et surtout de pardon entre nous les Centrafricains. Nous devons désarmer nos cœurs et prier pour que la paix revienne définitivement en Centrafrique notre cher et beau pays», souhaite le vice-président du comité islamique centrafricain.

Ce dernier appelle au respect de la religion de tout un chacun et  interpelle les autorités au dialogue, seule voie de sortie de la crise, «que vous soyez chrétiens musulmans, peu importe; votre religion, c’est une liberté que tout le monde doit respecter. Le musulman a aussi le droit de prier là où il veut dans n’importe quelle mosquée à Bossangoa, à M’baïki, à Birao etc. Nous avons un président démocratiquement élu, les institutions sont en place, le mieux c’est de laisser nos autorités tout faire pour ramener la paix dans le pays, car cela ne doit pas se faire par les armes ni par les couteaux », a-t-il exhorté.

Les musulmans du monde entier observent chaque année un mois de ramadan. Un mois depuis cinq(5) ans placés sous le signe du pardon en Centrafrique

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.