Centrafrique : Le parc de Manovo-Gounda dans le Bamingui-Bangoran toujours menacé par le phénomène de braconnage

0

BANGUI le 24 décembre 2018 (RJDH) —Le parc national de Manovo Gounda dans le Bamingui-Bangoran  est menacé par le phénomène de braconnage, des hommes lourdement armés en provenance du Soudan et du Tchad. Une situation déplorée par Bertrand Dilla, Colonel des Eaux et Forêts en sa qualité de Conservateur du parc national  qui compte lancer d’ici là, une série de sensibilisation autour de cette question.

Le phénomène de braconnage bat son plein dans la préfecture de Bamingui-Bangoran au nord du pays. Cette situation selon le conservateur du parc, Bertrand Dilla, à des répercussions néfastes sur les espèces protégées de ce parc déclaré patrimoine mondial. Pour barrer la route à ce phénomène, les Conservateurs nationaux font de la pédagogie pour faire la lutte anti-braconnage pacifique améliorée à travers des sensibilisations auprès de bandes armées, comme le souligne Bertrand Dilla, Colonel des Eaux et Forêts à Ndele.

« Il y a 72 heures, j’ai reçu un appel des autorités locales pour une intervention militaire. Mais dans le contexte actuel, nous sommes en train de faire une lutte anti-braconnage améliorée, puisse les éco gardes ne disposent pas de moyens adéquats  pour répondre à cette préoccupation. Il y a d’abord la sensibilisation et nous allons sur le terrain, pour rencontrer pacifiquement ces bandes armées-là », a-t-il souligné.

Le choix est justifiée par la présence des éléments du FPRC, un groupe armé dans la zone qui selon lui, « contrôle la zone de Mbolo-Kpata. Donc, en aucun cas, nous ne pouvons amener les hommes directement pour une lutte armée sauf avec l’autorisation du coordonnateur du FPRC. Vous voyez, c’est un peu difficile », confie-t-il.  

La montée en puissance de braconnage intervient souvent pendant la saison sèche. Le braconnage local se pratique à travers la population locale et celle à travers des bandes armés bien organisées qui proviennent du Soudan et du Tchad.

Lire aussi : http://rjdh.org/centrafrique-le-parc-national-saint-floris-de-ndele-menace-les-deputes-de-la-region-invitent-la-population-a-le-proteger/

Les espèces protégées à savoir les éléphants, les Derbies, les girafes, les Buffon et bien d’autres espèces sont en voie de disparition, selon les informations du RJDH, confirmées par des  conservateurs dudit parc. Les menaces viennent du Tchad et du Soudan.

Le parc national de la Gounda Saint Floris de Ndélé, classé sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1986, figure malheureusement depuis 1997 sur celle des sites en péril. Le parc, situé à 800 km de Bangui, vit en effet des années délicates en raison du braconnage qui s’est intensifié et les éléphants sont exterminés pour le commerce de l’ivoire.

Partage.

L'auteur

Cyrille Wegue est Journaliste-reporter au Réseau des Journaliste pour les Droits de l’Homme depuis 21 septembre 2018. Il est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (3ème Promotion) à l’Université de Bangui où il a décroché sa Licence Professionnelle en Journalisme. Il était Journaliste Reporter au quotidien Le Démocrate de Juillet 2014-Sptembre 2018. Il est également maquettiste de plusieurs bulletins d’informations.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.