Centrafrique : Le ministère de l’élevage et la FAO organisent une riposte contre les mouches tsé-tsé

0

BANGUI le 17 Aout 2018 (RJDH) — Le ministère de l’élevage et la FAO organisent une riposte contre les mouches tsé-tsé, vecteurs des maladies des bœufs dans plusieurs zones d’élevages du pays.  Un atelier y relatif est organisé hier à l’Hôtel Oubangui à Bangui.

La mouche tsé-tsé continue de réduire considérablement la production animale en République Centrafricaine. Pour assurer la sécurité alimentaire de la population Centrafricaine,  le ministère de l’élevage et la FAO trouvent indispensable d’améliorer l’état sanitaire des animaux domestiques. C’est dans ce contexte que la vérification de la prévalence des mouches tsé-tsé dans des zones d’élevages est envisagée.

Jean-Alexandre Scaglia, représentant de la FAO en Centrafrique souligne que le constat est difficile « puisque la mouche tsé-tsé continue de réduire considérablement les productions animales sur environ huit million de Km2 en Afrique, superficie qui aurait permis l’élevage de 33 millions de bovins supplémentaires correspondant à 500 000 tonnes de viande et 1.260.000 de lait par an ».

« Le manque à gagner du fait des glossines est alors estimé à 750 millions de dollars Américains, soit 375 milliards de franc CFA. Le problème qui se pose c’est que la problématique de la mouche tsé-tsé fait partie des parasites oubliés alors que c’est un épineux problème » a-t-il ajouté.

L’objectif de l’assistance de la FAO sur ce problème,  est de mettre en place une stratégie et une nouvelle cartographie permettant de  lutter efficacement contre la mouche tsé-tsé qui semble être oubliée mais qui constitue un véritable danger pour la sécurité alimentaire.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.